•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mark Zuckerberg témoignera devant le Congrès américain

Plan moyen de Mark Zuckerberg portant un veston.

Le fondateur et chef de la direction de Facebook, Mark Zuckerberg, en mars 2016

Photo : Reuters / Shu Zhang

Radio-Canada

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg témoignera devant le Congrès américain pour s'expliquer sur la fuite des données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook vers l'entreprise britannique Cambridge Analytica.

L'entreprise a indiqué mardi que son fondateur avait été invité à témoigner devant le Congrès et qu'elle en discutait avec les législateurs.

La porte-parole de la Commission de l'énergie et du commerce de la Chambre, Elena Hernandez, a déclaré : « Le comité continue de travailler avec Facebook pour déterminer le jour et l'heure à laquelle M. Zuckerberg pourra témoigner ».

Cambridge Analytica est accusée d'avoir développé un outil informatique permettant de cibler des électeurs afin de peser dans la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016.

La décision de Mark Zuckerberg intervient après qu’il eut refusé l'invitation des législateurs britanniques et européens à venir s'expliquer en personne sur la fuite de données au centre du pire scandale de l'histoire du réseau social. Facebook a expliqué qu'elle enverrait plutôt le chef de la technologie Mike Schroepfer ou le chef des produits Chris Cox.

La commissaire européenne en charge de la Justice, Vera Jourova, a donné deux semaines aux dirigeants de Facebook pour répondre à une série de questions, notamment sur la manière dont Facebook applique les règles européennes sur la confidentialité des données.

Le président de la commission parlementaire britannique, Damian Collins, a insisté pour que Zuckerberg s'explique lui-même, « compte tenu de la gravité des allégations formulées à propos de l'accès et de l'utilisation des données des utilisateurs de Facebook ».

La commission britannique a auditionné mardi le lanceur d'alerte Christopher Wylie, ex-employé de SCL, la maison mère de Cambridge Analytica.

De nouvelles excuses

Le géant américain a renouvelé ses excuses mardi dans la presse allemande, ainsi que dans la presse américaine et britannique le week-end dernier.

Peut-être avez-vous entendu parler d'une application quiz conçue par un chercheur universitaire qui a fait fuiter des données de millions d'utilisateurs de Facebook en 2014. C'était un abus de confiance, et je regrette que nous n'ayons pas fait davantage sur le moment.

Mark Zuckerberg

L'application en question, thisismydigitallife, conçue par un chercheur en psychologie qui travaillait pour Cambridge Analytica, Alexandre Kogan, avait permis à l'entreprise de récupérer les données personnelles de près de 50 millions de personnes.

Facebook dit aujourd'hui que M. Kogan a agi illégalement.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International