•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

REM : le service bientôt suspendu les week-ends sur la ligne Deux-Montagnes

Dans la nouvelle mouture du projet de train du REM, la ligne sera surélevée sur un talus végétalisé sur une partie du territoire de Deux-Montagnes.
Dans la nouvelle mouture du projet de train du REM, la ligne sera surélevée sur un talus végétalisé sur une partie du territoire de Deux-Montagnes. Photo: Radio-Canada / Francis Labbé

Dès la fin avril, le service sera suspendu les week-ends sur la ligne de train de banlieue de Deux-Montagnes afin de permettre la réalisation des travaux préparatoires du nouveau Réseau express métropolitain (REM), et ce, jusqu'à la fin de l'été.

Jean-Vincent Lacroix, directeur des communications à la Caisse de dépôt et placement (CDPQ), a confirmé la nouvelle mardi matin sur les ondes d'ICI RDI, précisant que les travaux devraient débuter le samedi 28 avril.

M. Lacroix a expliqué que la CDPQ avait ciblé les fins de semaine pour s’assurer d’avoir le moins d’impact possible sur la clientèle. La transformation de la ligne Deux-Montagnes pour accueillir le futur REM suppose notamment la reconstruction complète des fondations de la ligne, la pose de nouveaux rails et la construction de nouvelles gares.

La suspension des services a été décrétée à la demande du consortium NouvLR, qui va être responsable de la construction du projet, a spécifié le président et chef de la direction de CDPQ Infra, Macky Tall, en entrevue à Gravel le matin. « Pourquoi? Pour faire des relevés, des sondages, des analyses et bien préparer les travaux importants qui vont être faits pour transformer cette ligne », a-t-il expliqué.

M. Tall a par ailleurs exclu la possibilité d'effectuer ces travaux en semaine, expliquant que 97 % des passagers utilisent la ligne Deux-Montagnes du lundi au vendredi.

On va travailler avec des partenaires pour offrir un service de remplacement par autobus durant les travaux.

Macky Tall, président et chef de la direction de CDPQ Infra

Le grand patron de CDPQ Infra a aussi rappelé que l’objectif à terme était d’augmenter de cinq fois la capacité de transport de la ligne Deux-Montagnes, actuellement utilisée par les trains du Réseau de transport métropolitain (RTM).

Le nombre de départs passera de 50 à plus de 250 par jour, a-t-il rappelé. Le calendrier de mise en service de cette ligne sera connu à la fin du mois d’avril.

Onze trains par jour circulent sur la ligne Deux-Montagnes les samedis et les dimanches. Environ 4600 personnes utilisent le service.

Il y aura assurément des « impacts » lors des travaux de construction du REM, a prévenu pour sa part le premier ministre Philippe Couillard, qui s'en remet aux « autorités locales » pour qu'elles proposent des solutions de rechange aux citoyens.

Mardi, M. Couillard a demandé aux agences régionales de transport ainsi qu'aux municipalités concernées de trouver des solutions et de les communiquer aux citoyens.

Qualifiant le REM « d'extraordinaire » et de « mobilisateur », le premier ministre a fait valoir que le dernier grand projet de ce type remontait à l'inauguration du métro de Montréal, en 1967.

De son côté, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a continué de mitrailler le projet, lors de la période des questions à l'Assemblée nationale.

Le chef de l'opposition officielle a dénoncé la « régression dans la qualité de l'offre pour les gens de Deux-Montagnes » ainsi que « l'opacité » du projet.

Au bout du compte, le REM diminuera le confort auquel les usagers de la ligne Deux-Montagnes sont habitués en réduisant de 55 % les places assises, a-t-il plaidé.

« Il n'y a personne qui a demandé à ces gens-là : est-ce que vous préférez avoir des beaux wagons neufs dans lesquels vous serez debout? Si on les avait consultés, je pense qu'ils auraient dit non », a ajouté le chef péquiste.

Selon lui, le gouvernement et la Caisse de dépôt doivent « laisser la ligne de Deux-Montagnes tranquille », « ne pas y mettre le REM », pour plutôt augmenter le nombre de départs et remplacer les wagons à un étage par des wagons multiniveaux.

Le REM est un projet de train de banlieue de 6,3 milliards de dollars mené par la Caisse de dépôt, mais également financé par le Québec, le gouvernement fédéral et Hydro-Québec. Il comprend une grande ligne qui va de la couronne Nord (Deux-Montagnes) à la Rive-Sud (Brossard) en passant par l'île de Montréal, ainsi que deux segments vers l'ouest de l'île, pour un total de 26 stations. Les travaux doivent commencer en avril et se terminer en 2021.

Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Infrastructures