•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sophie Lorain, nouvelle tête d’affiche de la série Plan B

Sophie Lorain prend la pose pour la promotion de la deuxième saison de Plan B à ICI Tou.tv.
Sophie Lorain incarnera la nouvelle héroïne qui tentera, en revenant dans le passé, d'empêcher sa fille de commettre l'irréparable. Photo: Radio-Canada

La série Plan B repart sur une page blanche : Sophie Lorain est la tête d'affiche de la deuxième saison, qui sera offerte cette fois-ci en rafale aux abonnés d'ICI Tou.tv Extra en novembre plutôt que sur la chaîne Séries+.

L’univers de l’avocat possessif Philippe Girard (Louis Morissette) cède sa place à une tout autre histoire : celle de Florence (Sophie Lorain), une populaire animatrice de radio qui utilise le pouvoir des ondes pour défendre les droits des femmes, une chronique à la fois. Un drame familial la poussera à faire appel aux services spatiotemporels de Plan B.

Le choix de Sophie Lorain s’est imposé dès l’écriture, raconte le réalisateur et auteur Jean-François Asselin. « On n’était pas sûrs qu’elle soit libre », mais la comédienne a pu tourner cette série entre deux projets.

Militante féministe et mère séparée, ce personnage « va rencontrer des contradictions, notamment avec sa famille et les hommes, raconte le coauteur Jacques Drolet. Elle va se remettre en question. La conciliation travail-famille à laquelle sont plus confrontées les femmes [que les hommes] fait partie de la toile de fond [de cette saison]. »

Dans la première saison, Philippe Girard avait des cas à régler comme avocat. Il y avait un problème de contrôle de l’individu, de comment sauver son couple. Ici, c’est ce que la société impose aux femmes, la charge mentale, le pattern des mères...

Louis Morissette, producteur

Dans cette histoire dont la structure rappelle les poupées gigognes, la protagoniste rompt avec le modèle conventionnel de sa mère, ajoute le réalisateur, Jean-François Asselin. « On ne peut pas tout mettre dans nos enfants. Quelle est la part de responsabilité des parents et celle des enfants », se demandent les auteurs.

Pas de réponse à l’emporte-pièce : la fin se veut énigmatique.

La deuxième saison met en vedette Luc Guérin, Tammy Verge, Emi Chicoine, Évelyne de la Chenelière, Sophie Lorain, Milya Corbeil-Gauvreau, Alex Godbout et Steve Gagnon.La deuxième saison met en vedette Luc Guérin, Tammy Verge, Emi Chicoine, Évelyne de la Chenelière, Sophie Lorain, Milya Corbeil-Gauvreau, Alex Godbout et Steve Gagnon. Photo : Radio-Canada

« On est dans une position où l'on n’est pas sûr comment Florence va s’en sortir. On n’est pas dans le pourquoi ou le quoi, mais le comment. Quelles sont les répercussions de ses choix, sur sa famille et sur elle? On est collé sur elle. C’est presque névrotique », explique Jacques Drolet.

Afin de ne pas perdre le fil des retours temporels que fera l’héroïne, les abonnés d’ICI Tou.tv Extra pourront dévorer en rafale les six épisodes d’une heure en novembre 2018. Les auditeurs plus patients devront attendre l’année suivante pour voir Plan B sur les ondes d'ICI Radio-Canada Télé, une stratégie déjà utilisée pour Cheval-Serpent et Trop.

Bande-annonce de la première saison de Plan B

Un format qui se vend bien à l'international

Le format n’a rien d’anodin. « On va commencer à explorer les séries à six épisodes, explique Dominique Chaloult, directrice générale de la télévision à Radio-Canada. Les gens consomment plus rapidement et, de plus en plus, les grilles télé sont déconstruites. Cela donne plus de place à l’exploration », ajoute-t-elle.

Le producteur Louis Morissette vit, quant à lui, un rêve : la série est en cours d’adaptation en France et en Allemagne.

« La fiction a la cote dans le monde, dit-il. Il y a un momentum à l’international. Les diffuseurs ne veulent pas dépenser et le format de six épisodes permet de minimiser le risque. C’est la première fois comme producteur que je dois gérer cet intérêt-là. »

Cependant, le producteur craint que les producteurs aux États-Unis « fassent n’importe quoi » de la série, et préférerait une adaptation au Canada anglais, comme cela s’est fait pour 19-2.

Et si Plan B existait, Louis Morissette ferait-il le saut dans son passé? « Sincèrement, on a passé sept ans à développer la série. Au départ, à la réécriture avec les gars, et à force de travailler dessus, j’ai pensé que je ne le ferais pas. Se retaper des drames humains? J’ai fait la paix avec mes bons et mauvais coups. »

Séries télé

Arts