•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'implantation du concept de justice réparatrice menacée par les perceptions des Canadiens

Un homme debout qui regarde la caméra.
John Borrows, un avocat anishinabe, discutera au Musée canadien des droits de la personne de l’incorporation de la justice réparatrice au système de justice canadien. Photo: John Borrows
Radio-Canada

Les façons de penser des Canadiens empêchent le concept de justice réparatrice, essentiel au droit autochtone traditionnel, d'être pleinement adopté dans le système de justice canadien, affirme un avocat autochtone.

« Notre société croit que nous devons punir les gens, et je ne dis pas que cela ne devrait pas faire partie de notre système de justice, mais ça ne devrait pas être la seule partie », explique l’avocat John Borrows.

« Il ne s'agit pas seulement de blâmer les autres et d'essayer de déterminer qui doit payer le prix pour ce qui s'est passé, mais de voir comment on peut empêcher que cela ne se reproduise », ajoute-t-il.

La justice réparatrice consiste à essayer de réparer les relations lorsqu’elles sont brisées.

John Borrows, avocat autochtone

Il abordera la question, lundi soir, au Musée canadien pour les droits de la personne à l'occasion d’une discussion à propos de l’incorporation de la justice réparatrice au système de justice canadien. Il veut discuter des bénéfices de la justice réparatrice pour tous les Canadiens.

Manifestants devant le Musée canadien pour les droits de la personnes à WinnipegDes manifestants ont fait appel à la justice réparatrice à la suite de l'acquittement de Raymond Cormier. Photo : Radio-Canada

John Borrows est un Anishinabe membre de la Première Nation des Chippewas de Nawash, de la baie Georgienne, en Ontario. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit autochtone de l'Université de Victoria. Ses travaux et son travail ont contribué à façonner les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

Les questions de justice autochtone ont refait surface avec les acquittements de Gerald Stanley et de Raymond Cormier.

Selon l’avocat, le but n'est pas de changer les lois seulement pour les Autochtones, mais pour tous les Canadiens.

Manitoba

Autochtones