•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Hackathon 2018 de Radio-Canada, au service des journalistes

Une photo de Marie-Ève Pageau, Éric Letarte, Jean-Sébastien Daigle, Frédérick Capovilla et Maxime St-Pierre. Éric Letarte et Frédérick Capovilla tiennent une affiche sur laquelle ont peut lire « Grand prix Médias numériques, Xbox One + 1000 $ ».

Les membres de l'équipe gagnante : Marie-Ève Pageau, Éric Letarte, Jean-Sébastien Daigle, Frédérick Capovilla en compagnie de Maxime St-Pierre, directeur général des Médias numériques à Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Martin Delisle

Radio-Canada

Un outil qui permet d'orienter le choix des sujets des journalistes est sorti grand gagnant de l'Hackathon 2018 de Radio-Canada, un marathon de programmation qui se tenait durant la fin de semaine à Montréal.

Les 128 participants, originaires de 22 pays et dont une partie provenait de 18 collèges et universités de partout au Canada, devaient concevoir des outils se servant de l’intelligence artificielle pour résoudre des problèmes de Radio-Canada et du monde des médias.

Pendant trois heures, dimanche, les juges ont assisté à 28 présentations de prototypes de robots conversationnels, de plateformes de recommandation de contenu et même à celle d’un outil de détection de fausses nouvelles sur le web.

Revoyez les présentations des 28 équipes sur notre page Facebook (Nouvelle fenêtre)

Objectivité et équilibre

C’est le prototype d’une équipe de Québec qui est sorti vainqueur des délibérations du jury.

Leur outil, baptisé Panorama, pourrait servir au service de l’information de Radio-Canada pour le choix des sujets à traiter et, plus précisément, des angles à aborder. Dans sa forme finale, Panorama permettrait d’analyser les articles parus sur un sujet donné et de déterminer quels angles ont été peu ou pas traités.

Un sujet est-il toujours couvert du point de vue politique? L'aspect scientifique est-il absent de la couverture d'un événement? Les chroniqueurs et les commentateurs ont-ils pris trop de place dans le traitement d’une nouvelle? Ce sont autant de questions auxquelles Panorama peut répondre.

L’objectif de Panorama est d'offrir le plus large spectre d’idées et de points de vue possible dans la couverture d’un sujet d’actualité afin de favoriser l’objectivité et l’équilibre dans le traitement de l’information.

Premier marathon de programmation, première victoire

Marie-Ève Pageau, Frédérick Capovilla, Jean-Sébastien Daigle, Éric Letarte et Marc Boivin, qui travaillent tous pour Libéo, à Québec, étaient visiblement très fiers de leur victoire à leur tout premier marathon de programmation.

« C’était une épreuve personnelle pour moi, explique Frédérick Capovilla, programmeur dans l’équipe. Ça me permet de développer mes habiletés et d'exploiter mes expériences pour m’améliorer. Je ne m’attendais pas à gagner! »

Selon Jean-Sébastien Daigle, designer pour l’équipe, c’était aussi l’occasion de mieux comprendre le travail de ses collègues et de travailler avec eux dans une plus grande proximité.

« Ça fait six ans que je travaille pour Libéo et Frédéric est là depuis sept ans, indique Jean-Sébastien Daigle. On ne travaille jamais ensemble, Fred et moi, parce qu’il se passe beaucoup de temps entre ma partie et la sienne. Ça nous donnait l’occasion d’échanger beaucoup plus que dans un contexte de bureau. »

Des prototypes très diversifiés

Maxime St-Pierre, directeur général des Médias numériques à Radio-Canada et président du jury, a tenu à souligner le travail accompli par toutes les équipes, dont deux autres sont reparties avec des prix.

Le prototype gagnant avait toutefois certains avantages sur les autres, précise-t-il. « Beaucoup de projets proposaient de catégoriser le sentiment du public par rapport à certains contenus, mais les gagnants ont aussi réussi à imager la pertinence des contenus dans le temps. Ils ont amené plusieurs facettes vraiment intéressantes, ce qui nous emmenait un peu plus loin. »

Maxime St-Pierre n’écarte pas l’idée d’approcher certaines équipes et de négocier avec elles pour réaliser leur prototype. « C’est vraiment important pour nous de rester intègres dans ce processus, souligne-t-il. On n’est pas là pour voler des idées, on est là pour travailler avec la communauté et voir si on peut avancer ensemble dans les prochaines étapes. »

Intelligence artificielle

Techno