•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manif à Québec pour réclamer une consultation sur le racisme systémique

Les manifestants avec des affiches, dont une où il est inscrit: Marchons sur le racisme avant qu'il ne nous marche dessus

Les manifestants avec des affiches

Photo : Radio-Canada / Léa Beauchesne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus d'une centaine de manifestants ont marché dans les rues de Québec pour réclamer une consultation sur le racisme systémique, comme prévu initialement par le gouvernement Couillard.

« [Le gouvernement] a réorienté, mais on s'entend qu'il a annulé la consultation publique sur la discrimination systémique et le racisme. Pour nous c’est vraiment inacceptable », dénonce Anne-Valérie Lemieux-Breton qui a pris part à la marche.

Plus d'une centaine de personnes ont manifesté contre le racisme. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plus d'une centaine de personnes ont manifesté contre le racisme.

Photo : Radio-Canada / Léa Beauchesne

Cette manifestation familiale a lieu pour une deuxième année consécutive, en réponse à l’attentat de Québec survenu le 29 janvier 2017.

« On en avait conscience avant ça qu'il y avait une montée des discours xénophobes, du racisme à Québec, au Québec. Mais suite à l’attentat, on a vu qu'il était urgent d'agir. Il était urgent de faire des ponts avec les communautés culturelles », souligne Mme Lemieux-Breton.

Un policier surveille la foule,Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un policier surveille la foule,

Photo : Radio-Canada / Léa Beauchesne

On vit dans une société où il y a du racisme systémique. Un premier pas c'est de le nommer, de le reconnaître et ensuite de chercher des solutions.

Une citation de : Anne-Valérie Lemieux-Breton, Regroupement d'éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches

Reconnaître le racisme

Chargé de projet au Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, Maxime Fiset abonde dans le même sens.

« La question n'est pas de savoir si le Québec est plus ou moins raciste qu'ailleurs, indique-t-il. Je pense que c'est équivalent. Mais le fait de reconnaître qu'il y a certains problèmes, dont une forme d’extrémisme de droite au Québec, en tant que société civile, c'est bien de se positionner contre ça ».

« Même timide, un raciste est un raciste », est-il indiqué sur une affiche de manifestants.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

«Même timide, un raciste est un raciste», est-il indiqué sur une affiche de manifestants.

Photo : Radio-Canada / Léa Beauchesne

Quelques manifestants ont également profité de l’occasion pour dénoncer notamment la discrimination à l’endroit des femmes autochtones assassinées et disparues, la situation des personnes migrantes ainsi que l’esclavage dans le monde.

Avec les informations de Léa Beauchesne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !