•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abandon de la protection du caribou en Alberta, un test pour la protection des espèces

Un jeune caribou au pelage blanc et brun, recouvert partiellement de neige

Un jeune caribou

Photo : iStock / JellisV

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un chercheur estime que la décision de l'Alberta de suspendre en partie son plan de protection des caribous représente le premier vrai test pour la Loi canadienne sur les espèces en péril. La province a envoyé une lettre à Ottawa qui soulève des inquiétudes au sujet des impacts économiques du plan.

« C’est un peu surprenant et dramatique, mais en fait pas tant que ça », soutient le biologiste de l'Université du Montana, Mark Hebblewhite. Ce chercheur, qui fait partie d'un groupe de recherche consultatif sur le caribou au sein d'Environnement Canada, affirme que plusieurs personnes s'attendaient à cette décision.

Selon lui, c'est la première fois que le pays est confronté à une situation où la protection d'une espèce coûtera cher. Le plan de l'Alberta prévoit plus de 85 millions de dollars sur cinq ans pour protéger le caribou dans 15 zones. La province a déjà investi 9,2 millions de dollars et estime que le coût total sera de plus d'un milliard de dollars au cours des 40 prochaines années.

Face à ces importantes sommes, la ministre de l'Environnement de l'Alberta, Shannon Phillips, a demandé l'aide du gouvernement canadien dans une lettre envoyée à son homologue fédérale Catherine McKenna. En attendant, la province a suspendu une partie de son plan.

Trop tard pour les solutions simples

Selon un autre scientifique, les précédents gouvernements de la province ont eux aussi été confrontés à cet important défi. Le professeur de l'Université de l'Alberta Stan Boutin souligne que les choses ont tellement changé, en partie à cause de l'activité économique, que toute solution va nécessiter d'importantes sommes et pourrait faire perdre des emplois.

Un homme portant une casquette et un sac à dos en randonnée fixe la caméra.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chercheur Mark Hebblewhite n'est pas surpris de voir l'Alberta demander l'aide du gouvernement fédéral pour protéger le caribou des bois.

Photo : University of Montana

Mark Hebblewhite estime que le gouvernement fédéral aurait dû mener une analyse socio-économique indépendante en même temps que l'analyse scientifique prévue par la loi. Selon lui, les acteurs réalisent l'ampleur des coûts maintenant que la loi est en vigueur et d'autres provinces ont aussi exprimé des inquiétudes sur les sommes requises pour protéger le caribou.

Demander de l'argent du gouvernement fédéral, c'est en fait raisonnable. Cela va créer une onde à travers le pays.

Mark Hebblewhite, chercheur de l'Université du Montana

Dans une déclaration, la ministre fédérale de l'Environnement a indiqué que le gouvernement était engagé à protéger le caribou et avait prévu 1,3 milliard de dollars sur cinq ans pour agrandir les aires protégées. « Nous travaillons avec les provinces, dont le Québec et l'Alberta ainsi qu'avec les parties prenantes et les communautés autochtones, pour s'attaquer aux défis auquel fait face cet animal iconique », indique le courriel.

Ottawa doit publier en avril un rapport sur les mesures prises par les provinces pour protéger les habitats essentiels. Si le gouvernement considère que les efforts sont insuffisants, il pourrait imposer la protection de la loi à des territoires provinciaux empêchant ainsi des activités comme l'exploitation pétrolière ou forestière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !