•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médecins de famille : une note satisfaisante mais encore du travail à faire

Un stéthoscope de médecin.

Un stéthoscope de médecin.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada.ca

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au 31 décembre dernier, 81% des citoyens de l'Abitibi-Témiscamingue avaient accès à un médecin de famille. C'est selon un bilan rendu public vendredi par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue.

Ces données demeurent toutefois en dessous de la cible fixée par le ministre de la Santé Gaëtan Barrette en juin 2015, établie à une proportion de 85 % de la population.

Cette situation diffère d'une région à l'autre, puisque même avec le recrutement de 32 médecins les deux dernières années, huit postes restent à combler.

La directrice des services professionnels et de l'enseignement universitaire au CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, la docteure Annie Léger, soutient qu’un manque de médecins subsiste.

Il nous reste un peu le Témiscamingue, Rouyn-Noranda et Val-d'Or où il manque des docteurs. Ils sont actuellement à 75 % de leurs effectifs, donc quand on aura atteint [100 % de nos] effectifs, le 85 % sera atteint.

Dre Annie Léger

Le CISSS a noté une baisse de 9,5 % des visites aux urgences depuis 2015.

L’organisation veut baisser davantage ce taux en invitant les citoyens à consulter les ressources alternatives dans des situations moins urgentes, soit leur médecin de famille, leur pharmacien ou le CLSC.

Le nombre de personnes en attente d'un médecin de famille diffère selon les régions. Il est de quelques dizaines au Témiscamingue, en Abitibi-Ouest et Amos, et d'environ 4000 à Rouyn-Noranda et de 3000 à Val-d'Or.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !