•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le Biodôme de Montréal, un musée de la faune et de la flore

    Pingouins au Biodôme, en 1992 Photo: Radio-Canada / Robert Baron
    Radio-Canada

    À l'été 1989, le premier ministre du Québec Robert Bourassa annonce un projet d'envergure : la transformation du vélodrome olympique en Biodôme. Près de 30 ans plus tard, ce musée consacré à la vie animale et végétale doit subir une cure de rajeunissement. Retour sur les débuts d'une institution qui a connu un succès instantané.

    « Voilà le type d’investissement idéal », affirme Robert Bourassa en parlant du futur Biodôme de Montréal. À l’émission Première édition du 18 août 1989, la journaliste Ruth Loiselle résume les grandes lignes du projet qui allie développement économique et protection de l’environnement.

    Les bicyclettes vont faire place à des milliers d’animaux et de plantes qui vont vivre dans leur habitat reconstitué.

    La journaliste Ruth Loiselle

    À la suite de cette nouvelle, les cyclistes s’affirment déçus de perdre ce lieu d’entraînement construit pour les Jeux olympiques d’été de 1976. La Fédération québécoise des sports cyclistes demande au gouvernement une solution de rechange, ce qu’il refuse catégoriquement. Selon André Vallerand, ministre responsable du dossier, le vélodrome n’a cessé d’accumuler les déficits au fil des ans.

    Le projet va de l’avant. Sa réalisation est orchestrée par Pierre Bourque, directeur du Jardin botanique et futur maire de Montréal. Moins de trois ans plus tard, le Biodôme est inauguré à l’occasion du 350e anniversaire de la métropole québécoise.

    Montréal ce soir, 15 juin 1992

    Dans ce reportage diffusé au Montréal ce soir du 15 juin 1992, le journaliste Gilles Payette présente les spécificités de ce lieu unique, quelques jours avant son ouverture. Le Biodôme est « le seul endroit au monde où l’on vous fait passer, en quelques secondes, d’un climat tempéré à un climat des pays chauds ».

    Quatre écosystèmes reconstitués y cohabitent : les pôles Nord et Sud, le golfe du Saint-Laurent, la forêt laurentienne et la forêt tropicale humide. L’habitat naturel des végétaux et des animaux est recréé pour qu’ils puissent s’adapter à leur nouvel environnement. Le bien-être de ces espèces représente un défi de taille pour les professionnels qui y travaillent.

    Un succès dès son ouverture

    750 000 visiteurs se rendent au Biodôme lors des trois premiers mois. Le 25 septembre 1992, au Montréal ce soir, Gilles Payette consacre un reportage à cette réussite. Le lieu devient rapidement l’un des endroits les plus fréquentés du Canada.

    Montréal ce soir, 25 septembre 1992

    « C’est magnifique », « spectaculaire », « très sympathique »... les touristes ne tarissent pas d’éloges.

    Les visiteurs émettent tout de même quelques réserves. On déplore que l’on ne puisse pas observer tous les animaux. Les castors, par exemple, dorment pendant la journée et restent cachés. L’atmosphère du monde polaire est encore à améliorer et la variété de poissons manque au bassin du Saint-Laurent. L’équipe du Biodôme promet d’apporter des correctifs.

    25 ans plus tard, le musée « vivant » continue d'attirer les foules et demeure l’un des lieux les plus visités de la métropole.

    Le Biodôme fermera ses portes le 3 avril 2018 pour des rénovations majeures. Il devrait rouvrir à l’été 2019.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Environnement