•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dépotoir du Pacifique est 16 fois plus grand que prévu, selon une étude

Un filet de pêche et d'autres détritus amassés par une puise lors d'une expédition sur l'océan Pacifique.

Les restes de filets de pêche comptent pour 46% des 80 000 tonnes de plastique qui flottent dans le Pacifique Nord.

Photo : The Ocean Cleanup Foundation

Radio-Canada

Une nouvelle étude internationale laisse entendre que l'île de plastique flottant au milieu du Pacifique Nord compte plus de 79 000 tonnes de déchets occupant 1,6 million de kilomètres carrés.

Selon la fondation Ocean Cleanup, cette nouvelle estimation est de 4 à 16 fois supérieure aux évaluations précédentes.

À l’aide d’une trentaine de navires et d’un avion, la fondation a amassé des échantillons de plus d’un million de morceaux de plastique flottant sur l’océan, la plupart étant du microplastique de moins de 5 mm de diamètre.

L’étude soutient que le dépotoir compte près de 1800 milliards de pièces de plastique, ce qui dépasse de loin les estimations passées.

Des minuscules fragments aux gros morceaux, en passant par les filets de pêche

Le contenu de cet amas de plastique est variable. Les chercheurs ont entre autres trouvé des bouteilles, des contenants de toute sorte, les courroies d’emballage et de nombreux restes de filets de pêche, ces derniers représentant 46 % du poids des déchets flottant au large.

Parmi les objets trouvés, un panier de plastique datant de 1977, alors qu’une bonne partie des détritus provenant du Japon se sont probablement retrouvés à l’eau à la suite du tsunami de 2011.

Les chercheurs estiment que ce seul événement pourrait avoir généré de 10 % à 20 % de l’amas de plastique.

Une multitude de petits morceaux de plastique.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Échantillons de plastique repêchés dans les eaux du Pacifique Nord lors de l'expédition de 2015.

Photo : The Ocean Cleanup Foundation

Le « smog » des mers

Pour Marcus Eriksen, le fondateur et directeur de la recherche de l’institut 5 Gyres, la meilleure analogie pour décrire le dépotoir flottant est « un smog de microplastiques ».

Avec 5250 milliards de particules dont 92 % sont faites de billes de microplastique plus petite qu’un grain de riz, c’est un smog généralisé.

Marcus Eriksen, fondateur et directeur de la recherche à l’institut 5 Gyres

Le grand ménage

Tout en soutenant les efforts déployés par la fondation Ocean Cleanup pour ramasser les déchets déjà accumulés, Laurent Lebreton, l’un des coauteurs de l’étude souligne qu’il est essentiel d’agir en amont.

On a créé un monstre de plastique [et] cette étude montre l’urgence d’agir rapidement.

Laurent Lebreton, coauteur de l’étude

Tant M. Lebreton que M. Eriksen indiquent qu’il faut réduire l’utilisation d’objets de plastique à usage unique et s’atteler à nettoyer les plages et autres berges avant que ceux-ci trouvent le chemin des océans.

Colombie-Britannique et Yukon

Pollution