•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune Québéco-Américain dans un recours collectif contre Trump

Jacob Lebel, assis sur un tronc d'arbre, devant une étendue d'eau et un boisé.
Le Québéco-Américain Jacob Lebel est devenu militant écologiste à 18 ans, quand un projet de pipeline de gaz naturel devait passer tout près de la ferme de sa famille, en Oregon. Photo: Andrea Willingham
Radio-Canada

Un Québécois ayant déménagé enfant en Oregon fait partie des jeunes militants écologistes qui accusent la politique pro-pétrole de Donald Trump d'être inconstitutionnelle dans un recours collectif.

En entrevue à l'émission Phare Ouest, il s'est dit ravi de savoir que le recours collectif sera entendu. Le 7 mars, les juges d'une cour d'appel fédérale aux États-Unis ont donné de façon unanime le feu vert à leur poursuite.

Quatorze jeunes dont une qui parle au microphone et sept qui tiennent une grande affiche, devant les marches de la Cour Suprême des États-Unis à Washington.Jacob Lebel et d'autres jeunes qui intentent un recours collectif contre Donald Trump, devant la Cour Suprême des États-Unis à Washington. Photo : Robin Loznak

« On a les meilleurs scientifiques de la planète sur l'acidification des océans, l'impact des changements climatiques sur notre atmosphère, notre sécurité nationale, etc., qui vont présenter leurs arguments en cour, avec nous », a-t-il expliqué.

Il avoue s'impatienter devant la lenteur du système juridique.

Il faut dire que le changement climatique, lui, va à son propre rythme. Il ne se soucie pas de nos systèmes judiciaires. Il faut se dépêcher un petit peu.

Jacob Lebel, militant contre les changements climatiques

Un militant d'expérience

Jacob Lebel, accoté sur un énorme arbre marqué de vert, dans un paysage enneigé.Jacob Lebel montre un arbre marqué pour le projet de pipeline Jordan Cove, sur le sentier Pacific Crest, en Oregon. Photo : Robin Loznak

Du haut de ses 21 ans, Jacob Lebel a déjà de l'expérience en militantisme environnemental. Il a commencé à 18 ans, en août 2015, quand l'entreprise canadienne Veresen inc. a annoncé son projet Jordan Cove. Ce pipeline de gaz naturel liquéfié devait passer tout près de la ferme familiale de près de 250 hectares, à Roseburg, en Oregon.

Il était même allé faire une grève de la faim de cinq jours devant les bureaux de l'agence qui octroie les permis de pipeline à Washington.

Conseil aux militants anti-Trans Mountain

Jacob Lebel regarde aussi la bataille qui se joue en Colombie-Britannique au sujet du projet de pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan. Il a encouragé les militants et leur a donné un conseil : « Il faut rester les deux pieds sur terre et garder une connexion avec ce que vous croyez, et là, personne ne peut vous bouger. Vous inspirez des personnes de n'importe quel parti politique. »

Il demande un moratoire sur toute nouvelle construction d'infrastructure à grande échelle qui alimente le secteur des énergies fossiles. « On ne s'en rend pas compte parce que ça fait partie de notre société, mais dans le contexte présent, c'est complètement fou [...] C'est de l'auto-destruction », a conclu le jeune agriculteur au microphone de Marie Villeneuve.

Colombie-Britannique et Yukon

Protection des écosystèmes