•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y aura des écoles au centre-ville de Montréal

L'ancienne Académie Bourget, à droite, et médiathèque Gaëtan-Dostie, à gauche, serviraient à accueillir une école de 14 classes.

L'ancienne Académie Bourget, à droite, et la médiathèque Gaëtan-Dostie, à gauche, accueilleraient une école de 14 classes.

Photo : Radio-Canada / Google Street View

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) croit fermement que des écoles seront construites au centre-ville et qu'elles pourront être livrées d'ici trois à cinq ans. À l'heure actuelle, le centre-ville est un désert scolaire, mais la densification de l'habitation milite en faveur de la construction d'écoles.

Un texte de René Saint-Louis, journaliste à l'émission Le 15-18

L'abandon du projet d'école primaire à même le gigantesque projet immobilier du Square Children's a fait couler beaucoup d'encre au début mars.

Mais cette petite école de 14 classes, située sur l'ancien site de l'Hôpital de Montréal pour enfants, n'était que l'une des trois écoles que la CSDM entendait construire au centre-ville.

L'équipe de la CSDM responsable des grands projets s'attend à obtenir en juin le financement demandé au gouvernement du Québec pour les deux autres écoles.

La première existe déjà. Il s'agit de l'Académie Bourget, rue de La Montagne, entre la rue Sainte-Catherine et le boulevard René-Lévesque. Une fois l'édifice patrimonial rénové, il pourrait accueillir 14 classes.

Le site du Grand Séminaire de Montréal où pourrait voir le jour un des projets de construction d'une école primaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le site du Grand Séminaire de Montréal où pourrait voir le jour un des projets de construction d'une école primaire.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

La deuxième école, plus grande avec ses 23 classes, devrait, elle, être construite. Elle le serait sur un terrain loué à l'ordre religieux des Sulpiciens, dans la cour arrière du Grand Séminaire de Montréal.

Un « petit » détail à régler

À l'heure actuelle, la CSDM ne peut pas être locataire d'un terrain, sauf si celui-ci est offert en location gratuitement sur une longue période.

Mais il faut cesser de rêver, des locations gratuites, cela n'existe pas à Montréal, affirme la présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon. Il faut, dit-elle, autoriser la location de terrains moyennant rétribution.

C'est un changement aux règles budgétaires. Et ça devrait arriver ce printemps, ces changements qu'on demande depuis plusieurs années.

Une citation de : Catherine Harel Bourdon, présidente de la Commission scolaire de Montréal

Ces modifications attendues aux règles budgétaires sont d'ailleurs derrière l'abandon du projet d'école dans l'ancien Hôpital de Montréal pour enfants. Le promoteur, Devimco, a justifié son désengagement par des délais trop longs.

Au ministère de l'Éducation, on dit travailler sur des projets de location de terrain qu'on appelle des emphytéoses, mais on refuse de s'avancer sur l'échéancier du printemps comme le fait la présidente de la CSDM.

L'emphytéose est une sorte de bail qui existe en droit civil dans la province de Québec. Un bail emphytéotique est un bail en vertu duquel le bailleur permet d'utiliser un bien-fonds pour une période donnée (minimum de 10 ans et maximum de 100 ans) en échange d'une contrepartie.

Source : Agence du revenu du Canada

Densifier le centre-ville

Le projet immobilier du Square Children's, avec ses 1400 logements, n'est que l'un des nombreux projets résidentiels d'envergure dans le secteur. On n'a qu'à penser aux trois tours des Canadiens.

Et il y en aura d'autres, plus à l'est, comme le réaménagement du site de la Maison de Radio-Canada, ainsi que celui de la brasserie Molson.

Des groupes de citoyens militent donc déjà pour que des écoles soient construites dans ces secteurs.

Le coordonnateur de la Table de concertation du faubourg Saint-Laurent, Marc-André Fortin, dit qu'il faut intégrer les futures écoles en amont des projets résidentiels. Il dit avoir identifié quelques sites qui pourraient accueillir des écoles, comme le terrain des Habitations Jeanne-Mance, l'ancien terminus d'autocars Berri-UQAM, le stationnement de la Maison de Radio-Canada ou encore le terrain au nord de la Grande Bibliothèque de Montréal, à l'intersection des rues Ontario et Berri.

De gauche à droite : David Genesse Bolduc, responsable de la gestion des espaces à la CSDM, Guillaume Geoffroy, responsable des projets majeurs à la CSDM et Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite : David Genesse Bolduc, responsable de la gestion des espaces à la CSDM, Guillaume Geoffroy, responsable des projets majeurs à la CSDM et Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Une planification à revoir

Chaque année, le ministère de l'Éducation envoie à la CSDM des prévisions démographiques du nombre d'enfants qui fréquenteront ses écoles. Ces prévisions sont basées sur le nombre d'enfants qui habitent déjà sur le territoire et qui sont âgés de 0 à 4 ans.

Cette année, Québec a sous-estimé les prévisions d'effectifs scolaires de 1344 élèves, obligeant la commission scolaire à commander d'urgence 100 classes préfabriquées.

Le responsable de la gestion des espaces à la CSDM, David Genesse Bolduc, dit que le problème vient du fait que Québec ne tient pas compte, dans ses prévisions, des projets immobiliers et de l'immigration.

La présidente, Catherine Harel Bourdon, estime donc que la CSDM, en collaboration avec la Ville, devrait décider de ce qui doit être fait sur son territoire.

Qu'on nous donne une somme. Qu'on ait une reddition de comptes à faire. Mais je pense que de décider à Québec, école par école, quartier par quartier, de ce qu'on va agrandir et de ce qu'on va construire, là ça atteint ses limites.

Une citation de : Catherine Harel Bourdon, présidente de la Commission scolaire de Montréal

Une résolution en ce sens doit être débattue au Conseil des commissaires de la CSDM qui aura lieu le 28 mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !