•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Disparitions et meurtres à Toronto : une enquête indépendante examinera le travail de la police

Le chef de police Mark Saunders

Le chef de police Mark Saunders (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Commission des services policiers de Toronto recommande la tenue d'une enquête publique indépendante sur la façon dont les policiers de la ville enquêtent sur les cas de personnes portées disparues.

Un texte de Katherine Brulotte

Mais l'examen indépendant ne portera pas directement sur le travail des policiers dans l'enquête McArthur, ni sur les interactions passées du présumé tueur en série avec les policiers, en raison de l'enquête en cours et du procès à venir.

« Ça ne veut pas dire que des questions sérieuses ne seront pas adressées », a précisé le maire John Tory devant la Commission. Sa recommandation a d'ailleurs été acceptée à l'unanimité jeudi.

Il a proposé la création d'ici le 28 avril d'un comité composé de sept membres, dont trois personnes du public, qui ferait d'ici juin des recommandations sur la composition et la structure d'une enquête indépendante.

Le chef de police, Mark Saunders a admis que cette enquête indépendante est nécessaire pour regagner la confiance de la communauté LGBTQ+.

Recommandations de la communauté

Jeudi matin, des militants de la communauté LGBT ont aussi proposé une série de recommandations pour améliorer les relations avec le corps policier de la métropole.

Le militant et avocat Douglas Elliott a notamment affirmé qu'il serait dangereux et inutile d'attendre la fin des procédures judiciaires contre le présumé tueur en série Bruce McArthur avant de lancer une enquête indépendante sur la disparition et la mort de nombreux membres de la communauté.

Le passage du temps ne fait que pâlir les mémoires et détériorer la preuve.

Douglas Elliott, militant et avocat
L'activiste et avocat, Douglas Elliott

L'activiste et avocat, Douglas Elliott

Photo : Radio-Canada

Les membres de notre communauté ne sont pas en sécurité maintenant, dit-il.

Demandes de la communauté :

  • mettre en place un poste de police de quartier satellite pour interagir directement avec les membres de la communauté LGBTQ+;
  • organiser des rencontres communautaires régulières;
  • offrir des formations à tous les policiers qui seraient données par des membres de la communauté pour qu'ils partagent leurs expériences.

La militante Susan Gapka a affirmé que ces recommandations sont des premiers pas nécessaires pour mettre fin à ce qu'elle qualifie de « longue histoire de mauvaise connexion entre la communauté et les policiers de la métropole ».

Entre-temps, le groupe veut se faire l'intermédiaire entre les membres de la communauté et les policiers.

Une adresse courriel a été mise à la disposition de la population pour quiconque aurait des informations à transmettre aux autorités, mais qui ne voudrait pas entrer en contact directement avec les policiers.

Manifestation

Jeudi midi, juste avant le début de la réunion de la Commission des services policiers, quelques militants se sont rassemblés devant le siège de la police de Toronto pour demander la démission de Mark Saunders.

La manifestation était organisée par le groupe Queers Crash the Beat, qui selon son site web, s'est formé « en réponse aux manquements historiques et continus de la police ».

Le groupe fait référence à plusieurs problèmes comme le fichage, le harcèlement et demande « justice pour... toutes les victimes » dans l'affaire Bruce McArthur.

Toronto

Justice et faits divers