•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Acier et aluminium : des partenaires des États-Unis exemptés des tarifs douaniers

Une ouvrière marque une bobine d’acier.
Les droits de douane annoncés par le président Trump sont de 25 % sur l'acier et de 10 % sur l'aluminium. Photo: Reuters / Aaron Josefczyk

Après le Canada et le Mexique, la liste des pays exemptés provisoirement des droits de douane de 25 % sur l'acier et de 10 % sur l'aluminium importés s'est allongée jeudi soir, a fait savoir la Maison-Blanche.

Dans une proclamation officielle diffusée par la Maison-Blanche, le président Donald Trump précise que les pays membres de l'Union européenne, de même que l'Argentine, l'Australie, le Brésil, la Corée du Sud, le Canada et le Mexique éviteront temporairement ces barrières douanières dès vendredi, jusqu'au 1er mai.

« Nous avons les deux pays de l'ALENA et nous savons qui ils sont [Canada et Mexique]. Nous avons l'Europe. Nous avons l'Australie, nous avons l'Argentine et le Brésil et [...] la Corée du Sud, avec laquelle nous sommes en négociations », a affirmé le représentant américain pour le Commerce, Robert Lighthizer, lors d'une audition devant le Congrès américain, plus tôt dans la journée de jeudi.

Quant au président, il a tourné son attention vers la Chine et laissé planer la menace de tarifs douaniers pour contrer ce qu'il qualifie de vol de technologies américaines. Il a d'ailleurs soutenu que la menace de tarifs sur l'acier et l'aluminium avait déjà un impact.

« Plusieurs pays nous appellent pour négocier de meilleurs accords commerciaux parce qu'ils ne veulent pas payer de tarifs », a déclaré le président Trump.

Ce dernier avait annoncé, le 8 mars dernier, que les tarifs douaniers allaient s'appliquer dans les 15 jours, soit à compter de ce vendredi.

Immédiatement, les deux autres pays membres de l'ALENA avaient été exemptés.

Pressions européennes

Robert Lighthizer avait déjà indiqué mercredi au Congrès que les pays qui sont en négociation avec les États-Unis pour être exemptés des sanctions bénéficieraient d'un sursis supplémentaire.

M. Lighthizer a indiqué lors de son audition que tant que les dossiers déposés dans le cadre de ce processus par les pays qu'il a nommés seraient en cours d'examen, les tarifs seraient suspendus pour eux.

L'administration américaine a ouvert lundi dernier un processus de demande d'exemption à ces tarifs annoncés par Donald Trump le 8 mars.

Plusieurs responsables européens se sont rendus à Washington ces derniers jours, dont la commissaire européenne au commerce Cecilia Malmström, pour demander que l'Union européenne soit exemptée.

Mme Malmström a précisé jeudi qu'Européens et Américains allaient créer un groupe de travail pour discuter de plusieurs dossiers commerciaux, dont l'acier et l'aluminium.

Elle a expliqué qu'il s'agirait de discuter entre autres de « la protection des investissements », de « la surcapacité » dans le secteur de l'acier, mais aussi de « différends commerciaux », en particulier dans le secteur agricole.

Selon le Global Steel Trade Monitor, les États-Unis sont le premier importateur mondial d’acier avec 34,6 millions de tonnes métriques en 2017.

Le Canada, le Brésil, la Corée du Sud, le Mexique et la Russie sont les principaux pays qui fournissent de l'acier aux États-Unis.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Accords commerciaux

Économie