•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ghislain Picard se questionne à son tour sur le ministère de Luc Blanchette

Un homme pose pour la caméra devant un kiosque d'information.

Ghislain Picard

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaires

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef de l'Assemblée des premières nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, se questionne à son tour sur la capacité du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs à protéger adéquatement la faune.

Un texte de Thomas Deshaies

La semaine dernière, les chefs du Conseil tribal de la Nation Algonuine Anicinabé avaient réclamé une séparation du ministère en deux, soit les Forêts et la Faune.

Ils réagissaient ainsi à la suite de la décision de Luc Blanchette de ne pas prendre les moyens nécessaires pour préserver durablement la harde de caribous de Val-d'Or.

Selon eux, il y a un conflit d'intérêts entre son rôle de soutien à l'industrie forestière et son rôle de protecteur de la faune.

Ghislain Picard émet lui aussi des réserves à ce propos.

« Pour moi, l'opinion par rapport à, d'un côté être protecteur et de l'autre faire la promotion de l'exploitation, de toute évidence, il y a un conflit ici dans la mission d'un seul ministère », fait-il valoir.

Il était de passage aujourd'hui à Val-d'Or dans le cadre de l'Expo-sciences Autochtone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !