•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Journée mondiale de l'eau : une petite localité pose un grand geste

La différence de prix entre l'eau en bouteille et l'eau du robinet est astronomique, dit Mathieu Bergeron.
Des études remettent en question la qualité de l'eau en bouteille de plastique. Photo: iStock

La Municipalité de Lac-Simon, en Outaouais, a adopté un règlement bannissant la distribution de bouteilles d'eau en plastique à usage unique dans ses édifices, dans ses installations et lors de ses événements publics.

Un texte de Chantal Payant

Le conseil municipal a voté à l'unanimité en faveur de ce règlement le 2 mars dernier.

Lac-Simon, une communauté de 983 habitants permanents, dit être la première municipalité dans la MRC de Papineau à bannir les bouteilles d'eau dans ses édifices.

Est-ce la première localité en Outaouais et même au Québec? Une conseillère de Lac-Simon, Odette Hébert, affirme « qu'à sa connaissance, oui », ajoutant que « si d'autres l'ont fait, elles ne l'ont pas dit! »

Le conseil municipal de la petite localité s'est penché sur la question à la suite d'une recommandation de son nouveau comité consultatif sur l'environnement et après que la Ville eut investi plus de 34 000 $ dans l'installation d'équipements d'approvisionnement en eau potable de qualité à l'hôtel de ville.

Le comptoir au centre de la salle est revêtu de tuiles noires et entouré de casiers de livres.Le comptoir de la bibliothèque municipale de Lac-Simon. Photo : Courtoisie / Lac-Simon

Un geste qu'on veut exporter

Le président du comité consultatif sur l'environnement de Lac-Simon, Yvon Locas, affirme dans un courriel que le « l'objectif avoué de cette prise de position est de sensibiliser les autres municipalités, les organismes et les citoyens à adhérer à cette pratique ».

M. Locas rappelle « les dangers associés à l'utilisation de ce type de contenant autant pour la santé humaine que pour le désastre environnemental y étant associé ».

Il souligne les études qui ont « démontré que l'eau en bouteille de nombreuses grandes marques contient une multitude de contaminants dont les dangers pour la santé sont méconnus. »

La conseillère Hébert dit que Lac-Simon va tenter de convaincre la MRC de Papineau et les autres localités membres de suivre son exemple. Une délégation de Lac-Simon doit faire une présentation dans un mois.

Pourquoi cet engouement pour les questions environnementales?

Mme Hébert explique que Lac-Simon compte des gens « motivés et passionnés par l'environnement. »

Faut dire qu'ici, en Amérique du Nord, on est les enfants choyés de la planète, mais on n’est pas obligés d'agir en enfants gâtés. On a tous une responsabilité puis en tant que municipalité, en tant qu'organisme public, on doit prendre nos responsabilités et montrer l'exemple.

Odette Hébert, conseillère, Lac-Simon

Plus de 9,1 milliards de tonnes de plastique ont été produites dans le monde depuis 1950, la plupart finissant dans les sites d'enfouissement sanitaire, dans les cours d'eau ou dans l'océan.

Il y a suffisamment de déchets de plastique dans le monde pour recouvrir l'île de Manhattan, d'une couche de 3,2 km d'épaisseur.

Source : Roland Geyer, Jenna R. Jambeck et Kara Lavender Law, Science Advances, vol 3 no 7, 5 juillet 2017

Pas moins de 8,8 millions de tonnes de plastique sont jetées dans les mers chaque année.

Source : Fonds mondial pour la nature (WWF)

Environnement