•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 M$ pour l’eau potable à Sept-Îles

Eau qui coule d'un robinet

Eau potable qui coule d'un robinet

Photo : iStock

Radio-Canada

La Ville de Sept-Îles injectera plus de 2 millions de dollars d'ici 2019 pour moderniser son procédé de traitement de l'eau potable qui avait été mis en place en 2001.

La Ville veut remplacer le filtre à sable par un filtre au charbon activé, en plus d'ajouter un système d'ozonation de l'eau.

Ce procédé pourrait contribuer grandement à réduire les dépassements de normes que connaît la municipalité quant à la présence de trihalométhane et d'acide haloacétique dans l'eau.

Les dépassements observés se situent au-dessus de la moyenne québécoise, mais au-dessous de la moyenne canadienne.

Tableau de la concentration de trihalométhane dans le réseau de distribution d'eau potable de Sept-ÎlesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La concentration de trihalométhane dans le réseau de distribution d'eau potable de Sept-Îles

Photo : Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord

Le chef de la division environnement de la Ville de Sept-Îles, Jean-François Grenier, indique que les études d'ingénierie seront réalisées cette année afin de mettre en place ce nouveau système de traitement rapidement.

Présentement on a une eau qui est très chargée en matière organique. Notre filière de traitement est très performante, mais c'est de la rendre encore plus performante.

Jean-François Grenier, chef de la division environnement de la Ville de Sept-Îles

Le maire de la municipalité, Réjean Porlier, indique que la municipalité prend très au sérieux la qualité de l'eau qui circule dans le réseau municipal.

Ça arrive à l'occasion qu'on a des dépassements […] donc, il faut travailler à améliorer la situation et c'est ce qu'on fait.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles

Le nouveau système de traitement de l'eau potable pourrait être mis en place dès la fin de 2019. La direction de la santé publique considère, malgré tout, que la population peut continuer de consommer l'eau potable sans craindre pour sa santé.

« Pas de risque important pour la santé »

Malgré les quelques dépassements de norme enregistrés, la direction de la santé publique de la Côte-Nord conclut que l'eau potable de Sept-Îles ne comporte pas de risque majeur pour la santé des citoyens.

Une présence un peu plus importante de trialométhanes et d'acides haloacétiques a été observée dans l'eau qui est distribuée dans le réseau du centre-ville et du secteur Clarke.

Ces substances chimiques se forment par la réaction du chlore avec les matières organiques naturellement présentes dans l'eau potable de la ville. Elles sont associées à un risque potentiel de développer certains cancers, après une exposition de plusieurs décennies.

Néanmoins, le directeur régional de la santé publique, Stéphane Trépanier, indique que la prévalence de ces maladies n'est pas plus élevée à Sept-Îles qu'ailleurs au Québec.

Les cancers qui sont mis potentiellement en cause en lien avec ces substances-là, c'est la vessie et le foie et il n'y a rien qui se démarque à Sept-Îles par rapport au Québec.

Stéphane Trépanier, directeur régional de la santé publique
Le directeur régional de la santé publique, Stéphane Trépanier et le maire de Sept-Îles, Réjean PorlierAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur régional de la santé publique, Stéphane Trépanier et le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

Selon la direction de la santé publique, les citoyens peuvent continuer de boire de l'eau du robinet. Un filtre à eau peut aussi être utilisé pour éviter d'être exposé à ces substances d'ici à ce que la municipalité modernise ses installations.

Pour rassurer la population, une rencontre officielle entre des citoyens et la direction de la santé publique a eu lieu mercredi après-midi.

Le porte-parole du comité citoyen de défense de l'air et de l'eau de Sept-Îles, Denis Bouchard, s'est dit rassuré.

Les problématiques semblent être prises plus au sérieux et on a eu certaines informations qui nous laissent croire que ça va aller dans la bonne direction.

Denis Bouchard, porte-parole du comité citoyen de défense de l'air et de l'eau de Sept-Îles

Il se dit toutefois inquiet que la ville n’ait pas déposé d’échéancier pour les correctifs qui seront apportés au procédé de traitement de l’eau potable.

D'après un reportage de Katy Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Investissement