•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mon ami Gil : une série web révèle le quotidien d'un trisomique

Vivre avec la trisomie 21

Des séries web, il en existe des milliers. Mais pas comme Mon ami Gil, l'une des premières productions au Québec mettant en lumière une personne atteinte de la trisomie 21.

Un texte de Marie-Ève DuSablon

Gil est le dernier d’une famille portugaise émigrée au Québec. Très jeune, il a présenté des retards de développement qui ont révélé une déficience intellectuelle due à la trisomie. Depuis 10 ans, il vit donc dans un foyer de L’Arche Agapè, à Gatineau, dédié à cette vocation.

Nancy Lamothe, qui l’accompagne depuis une décennie, le décrit comme une personne délicate, quelqu'un qui aime faire la fête, un homme rassembleur.

Il nous amène là où il faut être. Un retour à la simplicité. On est tous égaux.

Nancy Lamothe, responsable de communauté à l'Arche

Gil s'exprime avec peu de mots. C'est avec son sourire et sa nature joyeuse qu'il arrive à se faire des amis. Il a bien des passions, comme le piano et la danse, mais ce qu'il aime le plus, c'est de se retrouver sous les projecteurs.

Un homme discute avec un autre homme atteint de la trisomie.Jean-Emmanuel et Gil sont devenus de très bons amis. Photo : Radio-Canada

« Ce n’est pas quelque chose qui était calculée, c’était la demande répétée de Gil. Chaque fois qu’il voyait une caméra, il voulait être devant. Ça a pris un bon cinq ans avant qu’on réponde à sa demande », a confié Jean-Emmanuel Allard, concepteur du projet.

Ce dernier s’est alors tourné vers l’entourage de Gil afin de déterminer s'il était possible de filmer son quotidien et celui de ceux qui l’entourent. Un tournage qui a duré près de deux ans. « Les concepts sont tombés à l’eau », dit M. Allard en riant. « Gil voulait qu’on le filme tout simplement dans son quotidien, sans mise en situation. »

Ces gens ont beaucoup à nous dire. Nous sommes dans une course au paraître et, chez eux, c’est tout le contraire : ils sont ici et maintenant.

Jean-Emmanuel Allard, concepteur du projet.

La clé du bonheur, Gil la connaìt, renchérit M. Allard. Il s'agit de vivre au quotidien les petites merveilles de la vie.

Il espère que le public comprendra mieux l’apport de ces personnes différentes dans la société. Déjà, plus de 70 000 personnes de plusieurs pays ont visionné les capsules vidéo.

La lancement du projet aura lieu le 21 mars au Centre communautaire portugais de Gatineau. Les vidéos sont disponibles sur la page Facebook de L'Arche Agapè.

Ottawa-Gatineau

Cinéma