•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le message du mouvement #MoiAussi, au cœur de la nouvelle saison de The Handmaid’s Tale

Les actrices Amanda Brugel et Elisabeth Moss dans la série <i>La servante écarlate</i>

Les actrices Amanda Brugel et Elisabeth Moss dans la série La servante écarlate

Photo : George Kraychyk/Hulu

Radio-Canada

La première saison de La servante écarlate (The Handmaid's Tale), basée sur le roman de Margaret Atwood, reflétait le climat politique anxiogène aux États-Unis. La deuxième saison constituera plutôt un miroir du mouvement #MoiAussi, qui dénonce les violences faites aux femmes, selon des actrices de la série, rencontrées dimanche durant un festival à Los Angeles.

Hypnotique et angoissante, La servante écarlate, diffusée sur Hulu en 2017, a remporté de nombreux prix pour sa description d’un monde dystopique, où des femmes sont réduites à l’esclavage après avoir été capturées et brutalisées. Régulièrement violées, elles ont pour mission de donner naissance à des enfants destinés à leurs maîtres, des couples privilégiés et stériles.

Cette oppression contre les femmes en pousse plus d'une à la rébellion, dont le public découvrira dans quelques semaines les suites. « Malheureusement, il s’agit bien trop d’un reflet de ce qui passe vraiment dans la vie réelle », a expliqué l’actrice québécoise Amanda Brugel, interprète d’une domestique d’un des couples les plus puissants de la dictature religieuse mise en place aux États-Unis.

Interrogée par CBC alors qu’elle se trouvait au PaleyFest, événement faisant la promotion de séries télé, Amanda Brugel voit la prise de parole des femmes asservies comme le cœur de la deuxième saison de La servante écarlate. « On verra ensuite les répercussions de cela, un peu comme ce qu’on constate avec le mouvement #MoiAussi », ajoute celle qui devrait avoir une importance encore plus grande dans les nouveaux épisodes.

Une scène de la deuxième saison de <i>La servante écarlate</i>

Une scène de la deuxième saison de La servante écarlate

Photo : Hulu

En clair, leurs doléances seront entendues, mais seulement pour un temps.

On voit vraiment ce que les femmes peuvent faire quand elles s’unissent, mais on voit aussi qu’elles peuvent être punies pour cela et que la société veut les séparer et les empêcher de parler d’une seule voix.

Amanda Brugel

Sororité entre la série et le mouvement

« C’est vraiment incroyable de faire partie de quelque chose où l’art imite la vie réelle d’une manière puissante et avec autant de signification », explique de son côté Yvonne Strahovski, qui joue la tortionnaire du personnage principal, la servante Offred. L’actrice australienne parle même de sororité entre le mouvement Time’s Up et la série.

Tout comme dans la première saison et dans le roman, la résistance, pourtant durement punie par ceux au pouvoir, restera un thème fort de La servante écarlate. Bien que le scénario aille au-delà de son livre, Margaret Atwood garde une fonction de consultante. « Elle voit tout », assure le producteur délégué Warren Littlefield.

La deuxième saison de La servante écarlate est attendue le 25 avril. Une bande-annonce a déjà été dévoilée.

Avec les informations de CBC

Séries télé

Arts