•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agressions sexuelles à l'UdeM : les étudiants demandent à Québec plus de protection pour les victimes

Le pavillon principal de l'UdeM.

Les étudiantes demandent à la ministre David d'appeler le projet de loi 234 modifiant la Charte de l'Université de Montréal pour mettre en place un processus équitable, juste et transparent.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

La Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal (FAÉCUM) presse le gouvernement à adopter au plus vite un projet de loi qui apporterait une plus grande protection aux victimes des violences sexuelles au sein de l'établissement. Une démarche soutenue par la Coalition avenir Québec.

Actuellement, les plaintes pour harcèlement sexuel des étudiants de l'Université de Montréal (UdeM) sont traitées par un Bureau d’intervention en matière de harcèlement et par un comité de discipline formé exclusivement d’enseignants.

Mais dans une lettre ouverte envoyée mercredi à la ministre responsable de l'Enseignement supérieur et ministre responsable de la Condition féminine, Hélène David, 300 membres de la FAÉCUM dénoncent un processus « long, opaque et inéquitable », qui « décourage les victimes à porter plainte » au sein de l’établissement universitaire.

Ils s'insurgent notamment du fait que le traitement de la plainte peut s'étendre sur plus de trois mois avant qu'une décision ne soit rendue et que les infractions ayant été commises à l'extérieur du campus ne soient reconnues.

De plus, il est inacceptable à leurs yeux qu'une plaignante doive témoigner devant un comité de discipline où elle serait la seule étudiante et où rien n'empêcherait la personne contre qui elle a porté plainte d'être présente.

La lettre contient en outre quatre témoignages anonymes d’étudiantes qui se disent victimes de harcèlement sexuel de la part de professeurs et qui n’ont pas pu ou voulu porter plainte.

Jean-François Roberge, Lise Lavallée de la CAQ avec Simon Forest et Jessica Bérard membres de la Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal (FAÉCUM) en point de presse.

Les étudiants de l'UdeM et la CAQ pressent le gouvernement d'adopter une loi pour mieux protéger les victimes d'agressions sexuelles

Photo : Radio-Canada

Les signataires demandent donc à la ministre David d'agir rapidement, notamment en appelant le projet de loi 234 modifiant la Charte de l'Université de Montréal, un projet de loi privé présenté par le député libéral Marc Tanguay en novembre 2017.

Cette mise à jour de la Charte ouvrirait la voie à un traitement plus équitable des plaintes, selon l'UdeM et la FAÉCUM. Elle permettrait par exemple d'intégrer des étudiants au sein du comité de discipline.

En attendant, « l’Université de Montréal est moins bien protégée » que les autres universités du Québec en matière de protection des victimes de violences sexuelles, estime le secrétaire général de la FAÉCUM, Simon Forest, qui était à Québec mercredi matin pour rencontrer les médias.

Car sa démarche est soutenue par la CAQ. Le porte-parole caquiste en matière d’éducation, Jean-François Roberge, et de sa collègue responsable de la condition féminine, Lise Lavallée, étaient d'ailleurs présents aux côtés de M. Forest lors du point de presse pour presser la ministre David d'appeler le projet de loi 234 d'ici la fin de la session parlementaire – la dernière avant les élections d'octobre.

« Le projet de loi pourra être appelé demain matin », a souligné Jean-François Roberge. « À la CAQ, on est prêt à collaborer pour qu’il soit adopté. »

Le projet de loi 234 ne fait toutefois pas l’unanimité à l'UdeM. Les syndicats de professeurs de l’établissement s'y opposent. Simon Forest estime d'ailleurs que le projet de loi n'a pas encore été appelé, car la ministre subit « la pression des syndicats de professeurs ».

Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Éducation