•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trou noir : des travailleurs rejettent la solution proposée par les gouvernements

Un manifestant brandit une pancarte sur laquelle est illustré le drapeau acadien et un trou noir
Des travailleurs qui manifestent devant les bureaux de Service Canada à Tracadie rejettent la solution proposée par les gouvernements pour régler le trou noir de l'assurance-emploi. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des travailleurs saisonniers manifestent de nouveau au centre-ville de Tracadie, au Nouveau-Brunswick, au lendemain de l'annonce par les gouvernements fédéral et provincial de formations pour les travailleurs victimes du trou noir.

Les manifestants affirment que la solution avancée par les gouvernements ne règle en rien le trou noir, c’est-à-dire la période sans prestations d’assurance-emploi entre la fin de leur travail saisonnier et sa reprise.

Ottawa et Fredericton ont annoncé mardi que les travailleurs saisonniers sans revenu pourront recevoir un revenu de remplacement de l’assurance-emploi à condition de suivre une formation de 30 heures par semaine.

Fernand Thibodeau en entrevue au milieu des manifestants« Ça fait 35 ans qu'ils sont à leur travail, 20 ans qu'ils sont à leur travail. N'est-ce pas qu'ils sont formés ces gens-là pour travailler à leur emploi? », affirme Fernand Thibodeau, le porte-parole du comité d'action de l'assurance-emploi des travailleurs saisonniers, dans la Péninsule acadienne. Photo : Radio-Canada

« Nous voulons travailler avec eux autres pour avoir une solution au niveau du trou noir, que ça n’existe plus dans la province du Nouveau-Brunswick », a lancé Fernand Thibodeau, le porte-parole du comité d'action de l'assurance-emploi des travailleurs saisonniers, dans la Péninsule acadienne, lors de la manifestation.

Ça, ce sont des pénalités encore qu’ils donnent aux gens. On n’est pas contre la formation, mais [...] nous, la situation du trou noir, on veut qu’il soit réglé une fois pour toutes.

Fernand Thibodeau, comité d'action de l'assurance-emploi des travailleurs saisonniers dans la Péninsule acadienne

Le taux de chômage dans cette région de l’assurance-emploi est passé de 15,2 % en septembre 2016 à 11,5 % en septembre 2017. Cela a entraîné une réduction de la période de prestations d’assurance-emploi de 7 semaines, la faisant passer de 30 à 23 semaines.

Des manifestants craignent que le programme de formation annoncé ne les aidera pas à éviter le trou noir.

« Ça ne changera rien pour nous autres. On va rester dans le trou noir pareil. On veut que le diviseur revienne comme avant: 35 semaines [de travail] et 14 semaines [de prestations] », affirme Jean Brideau, un manifestant.

« Ce sont des miettes en l’air, ajoute Steve Haché, un autre manifestant. C’est ridicule. C’est insensé. On est capable. On travaille. On est des saisonniers. On veut que ce soit comme avant. On veut avoir 420 heures à 14 semaines. »

La foule est massée devant les bureaux de Service Canada à Tracadie.La manifestation rassemble quelques centaines de personnes. Photo : Radio-Canada

« Je suis rendu à 51 ans. J’ai eu de la misère à l’école pas mal aussi. Sur le marché du travail, je suis bon, je suis fonctionnel. Mais quand tu rend sur un banc d’école à 51 ans, je vais te dire que je n’ai pas réussi quand j’étais à l’école. Pourquoi je pourrais réussir à cette heure? », se demande Jean-Daniel Rousselle, un manifestant.

Avec des informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Nouveau-Brunswick

Emploi