•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Autochtones feraient moins confiance au Service de police de Regina que le reste des citoyens

Evan Bray, chef du Service de police de Regina, en point de presse.

Evan Bray, chef du Service de police de Regina.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les résultats d'un sondage sur le Service de police de Regina, effectué l'automne dernier, montrent que les résidents autochtones sont moins susceptibles de faire confiance aux policiers réginois que le reste de la population.

En tout, 456 personnes ont participé au sondage intitulé Perceptions communautaires du Service de police de Regina 2017, conçu par deux chercheurs de l'Université de Regina, Nick Jones et Rick Ruddell, et mené par la firme Prairie Research Associates.

Selon le rapport, l'étude a été financée par le Service de police de Regina.

La population de Regina est composée de 9,4 % d'Autochtones, tandis que 10,5 % des participants au sondage se sont déclarés Autochtones, selon le rapport.

Faible taux de confiance chez les Autochtones

La satisfaction globale pour ce qui est du Service de police de Regina était plus faible pour les Autochtones de Regina que pour les personnes d'autres groupes démographiques.

Pour tester la confiance des répondants à l'égard de la police, on leur a demandé s'ils étaient d'accord avec cinq affirmations telles que « Le Service de police de Regina est sensible aux besoins de mon groupe ethnique » et « Les agents comprennent les problèmes qui touchent ma communauté ».

Les répondants autochtones avaient un taux d'accord beaucoup plus faible à propos de ces déclarations.

Des améliorations à apporter

Le maire Michael Fougere a admis que les résultats des répondants autochtones montrent qu'il y a des améliorations à apporter.

Il y a du travail à faire, cela ne fait aucun doute.

Michael Fougere, maire de Regina

« Il est très important d'avoir cette confiance. Le chef et ses agents sont dehors tous les jours, interagissant de diverses façons avec le public. Cela abattra des obstacles », a-t-il souligné.

Un cours axé sur les questions autochtones

Le chef de la police, Evan Bray, a déclaré que les agents travaillent avec des groupes communautaires sur des projets de sensibilisation et suivent un nouveau cours de formation sur la réconciliation, qui a commencé en janvier.

Selon lui, le cours couvre certaines questions comme les pensionnats, la rafle des années 1960 et d'autres questions contemporaines.

Je suis policier depuis 20 ans et je ne pense pas avoir vu une formation sur la société autochtone aussi efficace que celle que nous offrons à nos agents.

Evan Bray, chef du Service de police de Regina

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !