•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Délit de fuite à Saint-Charles : de l’information recherchée au sujet d’une camionnette

La camionnette qui aurait été impliquée dans le délit de fuite mortel

La camionnette qui aurait été impliquée dans le délit de fuite mortel

Photo : GRC

Radio-Canada

La GRC diffuse des photos d'une camionnette qui aurait été impliquée dans un délit de fuite mortel à Saint-Charles-de-Kent, au Nouveau-Brunswick, à la fin février, dans l'espoir de faire avancer son enquête.

Elle demande à quiconque a vu ce véhicule dans les heures qui ont précédé la collision de communiquer avec le détachement de Richibucto.

Brady Francis, 22 ans, de la Première Nation d’Elsipogtog, est mort le 24 février en soirée lorsqu’il a été heurté par un véhicule pendant qu’il attendait des amis sur le bord de la route, à Saint-Charles.

Portrait du jeune homme de 22 ans d'Elsipogtog.

Brady Francis est décédé le 24 février, alors qu'il a été frappé par un automobiliste qui a quitté les lieux de l'accident.

Photo : Radio-Canada / Facebook : Brady Francis

La GRC avait saisi la camionnette dans la foulée de cet accident, mais l’a rendue à son propriétaire après un examen légiste. Interrogée à savoir si le propriétaire est un suspect, la porte-parole de la GRC, la caporale Julie Rogers-Marsh, n'a pas voulu répondre parce que l'enquête est encore en cours, a-t-elle-dit.

La GRC demande maintenant à toute personne qui aurait vu cette camionnette, une GMC Sierra 4 X 4 grise 2003, rouler dans la région de Richibucto, entre midi et 22 h le 24 février, de s’avancer.

La camionnette est équipée de trois déflecteurs d’air à motif de camouflage. Elle porte aussi de nombreuses décalcomanies, dont le mot « Browning » sur le pare-brise et plusieurs autres sur la vitre et le hayon arrière.

Décalcomanies sur la camionnette qui aurait été impliquée dans l'accident

La camionnette est ornée de nombreuses décalcomanies, certaines avec des motifs de camouflage.

Photo : GRC

« Les enquêteurs ont parlé avec un grand nombre de personnes et ils souhaitent maintenant parler à toutes les personnes qui savent où se trouvait la camionnette le 24 février, mais qui n'ont pas encore parlé avec la police », affirme la caporale Rogers-Marsh.

Elle précise que la GRC continue d’analyser les preuves amassées jusqu’ici.

Le drame a suscité beaucoup d’émotion à Elsipogtog. Pour calmer la colère de ses résidents, la GRC tient la famille régulièrement informée des progrès de l’enquête.

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers