•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scandale Weinstein : le gouverneur de New York a des doutes sur l’enquête

Le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo.

Le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo

Photo : Associated Press / Mary Altaffer

Radio-Canada

Le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo, a demandé lundi soir que la lumière soit faite sur la lenteur de l'enquête autour de Harvey Weinstein. Le mouvement antiharcèlement Time's Up estime que le producteur déchu aurait déjà dû être inculpé, presque six mois après les premières révélations sur ses abus sexuels.

« Il est primordial que ces affaires bénéficient de la plus grande attention, mais aussi que le public ait confiance dans la manière dont elles sont traitées », a affirmé Andrew Cuomo, dans un communiqué diffusé lundi soir, en réponse à la lettre ouverte de Time's Up.

L’homme politique a chargé Eric Schneiderman, procureur de l'État de New York, de regarder de près la manière dont son confrère Cyrus Vance, le procureur de Manhattan, a mené l’enquête.

« Nous avons une connaissance profonde des années de comportement sexuel déviant d'Harvey Weinstein et nous l'avons récemment assigné en justice pour des abus sur ses employés au sein de la Weinstein Company », a rappelé Eric Schneiderman, lundi sur Twitter.

« Nous sommes déterminés à mener un examen complet, juste et indépendant sur cette affaire », a-t-il ajouté.

Time’s Up réclame également un examen complet des échanges entre les avocats de M. Weinstein et le bureau du procureur de Manhattan, Cyrus Vance, pour s'assurer de l'« intégrité » du procureur local et « rétablir la confiance » dans son bureau.

Le procureur de Manhattan, Cyrus Vance, regarde sur le côté, un homme derrière lui en fait de même. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le procureur de Manhattan Cyrus Vance

Photo : Getty Images / Andrew Burton

Le mouvement montrait du doigt le cas de la mannequin italienne Ambra Battilana Gutierrez, qui n'a donné lieu à aucune poursuite du procureur de Manhattan en 2015, alors que la police, en possession d'un enregistrement compromettant, pensait avoir un dossier solide.

Time's Up citait aussi un récent article du New York Magazine selon lequel des inspecteurs de la police new-yorkaise ont même aidé à l'époque à « cacher » Battilana, réservant des chambres d'hôtel sous des noms d'emprunt, de peur que le procureur ne cherche à faire dérailler l'enquête.

Le mouvement jugeait aussi « particulièrement troublantes » des informations publiées par certains médias new-yorkais, selon lesquelles le procureur Vance, un démocrate récemment réélu à ce poste, pourrait être influencé par M. Weinstein et ses avocats.

Ces soupçons viennent du fait que l'équipe d'avocats de Weinstein, emmenée par le célèbre Benjamin Brafman, inclut d'ex-collaborateurs ou proches de Vance.

Un porte-parole de ce dernier, Danny Frost, a néanmoins réfuté ces soupçons.

L'idée que notre bureau pourrait reculer à l'idée de poursuivre un homme puissant est démentie par notre travail au quotidien et nos précédents succès dans la défense des victimes d'agressions sexuelles.

Danny Frost, porte-parole du procureur de Manhattan Cyrus Vance

Frost s'est dit « confiant que tout examen confirmera que notre bureau a mené l'enquête sans crainte ni traitement de faveur, et sur ses seuls mérites ».

Il a aussi assuré que l'enquête sur Weinstein était « toujours en cours », mais n'a rien dit sur ses chances d'aboutir.

Par ailleurs, le bureau du procureur et la police new-yorkaise ont aussi assuré dans un communiqué commun travailler main dans la main dans cette histoire.

Avec les informations de AFP, et The New York Times

Célébrités

Arts