•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les plongeurs mettent fin à leurs recherches pour retrouver Ariel Kouakou

Un plongeur s'apprête à se lancer dans une ouverture.

Les plongeurs étaient de retour sur les berges de la rivière des Prairies, mardi matin.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

Les plongeurs de la police de Montréal ont mis fin à leurs recherches dans la rivière des Prairies, près des berges du parc des Bateliers, pour tenter de retrouver le jeune Ariel Jeffrey Kouakou, mardi après-midi. Et à moins d'éléments nouveaux, ces recherches sous-marines ne reprendront pas.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a précisé que deux plongées effectuées lundi n'avaient rien donné, et que quatre plongées supplémentaires, mardi, ne leur avaient pas non plus permis de récolter des indices.

Les plongeurs ont effectué leurs recherches près de la rive, scrutant des endroits où le corps aurait pu se trouver. Mais ce n'était pas une tâche aisée, puisque des résidus de glace et de neige bloquaient la lumière.

De plus, l'eau était si froide qu'il fallait vérifier constamment les signes vitaux des plongeurs, réduisant du même coup le temps que ceux-ci pouvaient passer sous l'eau.

Le policier garde les yeux sur l'ouverture.

Un policier retient une corde qui relie le plongeur à la terre ferme.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Les recherches sur la terre ferme ne sont pas abandonnées pour autant. Le SPVM a décidé dimanche d'élargir son périmètre afin de « se donner le plus de chances [possible] pour trouver des éléments », a expliqué l'agente Andrée-Anne Picard. Il a également demandé aux résidents de l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville de vérifier régulièrement leur cour arrière.

Les policiers ont jusqu'ici visité les résidents du quartier à la recherche d'indices, et ils ont mobilisé chevaux, chiens, véhicules tout-terrain et hélicoptère pour ratisser le secteur. Ils ont même fait décoller des drones pour cartographier le parc et les berges, lundi.

Plus de 594 éléments d'information du public ont été transmis au SPVM depuis l'annonce de la disparition de l'enfant, il y a huit jours. Un poste de commandement se trouve toujours sur les lieux, à 500 mètres au sud du parc des Bateliers, pour traiter ces informations.

La récompense pour retrouver Ariel Jeffrey Kouakou atteint maintenant à 100 000 $, soit : 10 000 $ offerts par la famille, 15 000 $ par le boxeur Adonis Stevenson, 50 000 $ par l'entrepreneur Bruno Rodi et 25 000 $ récoltés par les membres du personnel de l'École des Berges-de-Lachine auprès de donateurs privés.

Un enfant marche dans la rue.

Des images captée par les caméras de surveillance d'un garage montrent le jeune Ariel Jeffrey Kouakou marchant sur le boulevard Gouin, peu de temps avant sa disparition.

Photo : Radio-Canada

Aucune thèse n'est actuellement privilégiée par le SPVM, mais la famille est persuadée qu'Ariel a été kidnappé.

Son père refuse de baisser les bras. Lors d'un point de presse tenu mardi après-midi, soit après la fin des recherches sous-marines du SPVM, Kouadio Frédéric Kouakou a demandé à rencontrer le seul témoin à avoir aperçu son fils depuis que ce dernier a quitté le domicile familial, le 12 mars, pour se rendre chez un ami.

« Il y a quelqu'un qui a bel et bien vu mon enfant cette journée-là, qui a parlé à la police, et dont le témoignage semble être crédible. Nous n'avons pas encore rencontré cette personne, a-t-il révélé. Nous ne savons même pas qui c'est. Nous aimerions vraiment rencontrer cette dame-là, pour qu'elle nous dise au moins comment notre enfant était habillé, comment il était... Elle a été la dernière personne à avoir vu notre enfant et nous avons le droit de savoir ce qui s'est passé avec elle. »

M. Kouakou a aussi demandé l'intervention du premier ministre. « Qu'il nous vienne en aide, qu'il utilise tous les moyens dont il dispose pour nous permettre de retrouver notre enfant », a-t-il imploré.

« C'est un enlèvement, a poursuivi le père de l'enfant. C'est pas une noyade, c'est pas un accident. Cette thèse, nous l'avons avancée depuis le début [...] et nous la soutiendrons jusqu'à ce qu'on vienne nous prouver le contraire. »

Ariel Kouakou est disparu depuis le 12 février. Il a 10 ans, mesure 1,4 mètre, pèse 40 kilos, a les yeux noirs et les cheveux noirs. Il parle français. Au moment de sa disparition, il portait un manteau noir avec capuchon, un pantalon gris et des souliers jaunes.

Ariel Jeffrey Kouakou est disparu depuis le 12 mars 2018.

Photo : Radio-Canada

Ariel Jeffrey Kouakou mesure 1,40 m (4 pi 7 po) et pèse environ 40 kg (88 lb). Il a les yeux et les cheveux noirs et s’exprime en français. Au moment de sa disparition, le garçon portait un manteau à capuchon noir orné de fourrure, un pantalon gris aux couleurs du FC Barcelone et des souliers jaunes.

Avec la collaboration de Pascal Robidas

Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Disparition