•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants s'entraînent à la désobéissance pour contrer Trans Mountain

Des gens assis à l'intérieur d'une tente blanche.
Des gens assistent à un cours de formation en désobéissance civile pour se préparer à manifester contre l'expansion du pipeline Trans Mountain. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Alors que certains opposants au pipeline défient une injonction et sont arrêtés à Burnaby, en Colombie-Britannique, d'autres assistent à des formations en désobéissance civile afin de mieux résister à l'expansion de l'oléoduc Trans Mountain.

Un texte d’Eva Uguen-Csenge

Lundi matin, une quinzaine de personnes de tous les âges assistent à une formation où on leur apprend à rester pacifiques même si le ton monte avec les policiers.

Une des formatrices, Aurore Fauret de l’organisme environnemental 350.org, explique que le but est « d’aider le monde à connaître leurs droits juridiques, à pratiquer comment être calme dans des situations » de confrontation.

Le cours de désobéissance civile au parc Forest Grove a eu lieu en préparation de l'opposition au projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain. Les manifestants laissent entendre que les gestes d'opposition vont s’intensifier au cours de la semaine.

Le projet d'agrandissement de Trans Mountain vise à tripler la capacité de l'oléoduc existant, la faisant passer de 300 000 à 890 000 barils de pétrole par jour. Les travaux de la pétrolière Kinder Morgan doivent durer jusqu'à fin de l'année 2020.

Après la formation, certains n’ont pas tardé à passer à l'action en s'attachant à la barrière principale du terminal Westridge de Kinder Morgan à Burnaby.

« [Ce projet] détruirait cette communauté donc je suis prêt à payer n’importe quel prix », a déclaré Rex Weyler, l’un d’entre eux.

Les manifestants défient une injonction qui leur interdit de se rendre à cinq mètres du chantier et risquent d’être arrêtés pour outrage au tribunal.

Samedi, une trentaine d'opposants ont été arrêtés au terminal pétrolier où doit aboutir le projet.

Ils tentaient d’entraver les travaux de Kinder Morgan jusqu’au 26 mars, la date butoir pour débuter les travaux préparatoires avant le retour d’oiseaux migratoires.

« S’ils ne sont pas capables de faire ces travaux-là en avance, ils vont devoir attendre jusqu’à la fin de l’été », explique Charles Latimer, membre de l’organisme Greenpeace. « Donc pour beaucoup d’activistes c’est une date clé », précise-t-il.

Kinder Morgan estime que l'expansion du pipeline accuse déjà un certain retard.

Avec les informations de Valérie Gamache

Colombie-Britannique et Yukon

Affaires