•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des investisseurs disposés à acheter les magasins canadiens de Toys "R" Us

Le distributeur de jouets Toys "R" Us voudrait vendre ses 82 magasins situés au Canada.

Le distributeur de jouets Toys "R" Us voudrait vendre ses 82 magasins situés au Canada.

Photo : Associated Press / Eric Gay

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les débiteurs de Toys "R" Us ont reçu plusieurs offres non contraignantes pour racheter la division canadienne du détaillant de jouets pour enfants, selon des documents judiciaires américains.

Alors que le distributeur de jouets veut mettre fin à ses activités, des documents de faillite démontrent que les débiteurs avaient joint plus de 20 investisseurs intéressés afin de vendre les 82 magasins du Canada.

Quelques investisseurs ont signé un accord de confidentialité et ont eu accès à une salle de données électroniques pour y déposer de potentielles offres. Des négociations seraient en cours avec certains d'entre eux.

Les débiteurs tentent de combiner la vente de jusqu'à 200 des meilleurs magasins aux États-Unis avec les succursales canadiennes, comme l'avait indiqué le président et directeur général David Brandon la semaine dernière. Des conversations ont eu lieu sur cette proposition.

MGA Entertainment, une entreprise californienne qui conçoit notamment les poupées Bratz, a confirmé la semaine dernière que son dirigeant, Isaac Larian, et des investisseurs affiliés avaient fait une offre pour acquérir les magasins canadiens.

L’entreprise Toys "R" Us a annoncé qu'elle fermerait ou vendrait ses 740 magasins, et qu'elle mettrait fin à ses activités internationales.

Elle a reçu plusieurs offres non contraignantes pour ses activités en Europe et a réclamé des offres dans la région de l'Asie-Pacifique d'ici le début du mois d'avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !