•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Maliens du Manitoba appuient le déploiement de Casques bleus canadiens

Un soldat de dos avec un casque bleu de l'ONU.

La mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) est déployée depuis 2013.

Photo : Getty Images / Alexander Koerner

Radio-Canada

Des membres de la communauté malienne du Manitoba accueillent favorablement la participation du Canada à la mission de l'Organisation des Nations unies (ONU) au Mali. Le gouvernement fédéral prévoit y envoyer jusqu'à 250 militaires et 6 hélicoptères.

« Nous voulons voir le calme revenir dans le pays, notamment dans le centre du pays, qui devient maintenant le nouveau front, mais aussi dans les régions du nord que nous n’oublions pas », affirme le président de l'Association malienne du Manitoba, Housseini Coulibaly. Il espère que « le renforcement de la mission de l’ONU contribue dans ce sens-là à ramener le calme et la quiétude au Mali ».

Un homme à lunettes devant une carte du monde. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président de l'Association malienne du Manitoba, Housseini Coulibaly.

Photo : Radio-Canada

« Et puis [le renforcement de la mission de l’ONU contribue] à permettre à tout le monde de reprendre le seul combat qui vaille vraiment la peine, c’est-à-dire celui du développement », ajoute-t-il.

Comme Canadien, il se dit « honoré » de voir que son pays d'adoption est sensible à ce qui se passe sur la scène internationale et prêt à défendre de nobles idéaux.

La communauté malienne du Manitoba compte plus de 300 personnes.

Place aux femmes

La ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, a assuré pour sa part que le contingent canadien sera composé d'une part importante de femmes.

Une femme sourit devant un mur de briques. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Malienne d'origine, Aminata Niane, accueille favorablement la participation du Canada à la mission de l'ONU au Mali.

Photo : Radio-Canada

« Cela montre une évolution des idées parce qu’on pensait que ce secteur [les armées] était seulement réservé aux hommes », lance Aminata Niane, dont les parents sont encore au Mali.

Les femmes et les enfants seront plus à l’aise à collaborer avec des femmes soldats, indique-t-elle : « Cela va peut-être aider d’une certaine manière à avoir des informations et à pouvoir aider [à lutter] de façon vraiment efficace contre le terrorisme. ».

Avec des informations d’Abdoulaye Cissoko et Marie-Lise Mormina

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Conflits armés