•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Branle-bas de combat contre les armes à feu aux États-Unis

Des mères américaines, tenant une bannière, demandent des lois plus sensées sur les armes à feu

Des mères américaines manifestent pour le resserrement du contrôle des armes à feu à Washington.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Arrêtez les massacres! Depuis le 14 février 2018, le débat sur le resserrement des lois sur la vente des armes à feu est reparti de plus belle aux États-Unis. Ce jour-là, un jeune homme de 19 ans, Nikolas Cruz, a tué par balle 17 étudiants dans un établissement scolaire en Floride.

Un million et demi de morts par balle

Depuis 1968, un million et demi d’Américains sont décédés dans des incidents impliquant des armes à feu. Entre le 1er janvier et le 16 mars 2018, selon le journal The New York Times, les balles de fusil ont tué ou blessé 7830 Américains, donc 677 enfants et adolescents.

Depuis le début de 2018, 18 fusillades ont eu lieu dans des établissements scolaires. La situation provoque un ras-le-bol palpable chez une importante partie de la population américaine.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Bulletin de nouvelles, 22 avril 1999

Le 22 avril 1999, Pierre Craig, qui anime Le Midi, s’entretient avec Heidi Rathjen, responsable de la Coalition pour le contrôle des armes à feu au Canada. L’entrevue se déroule dans la foulée de l’événement qui a fait 13 morts, dont 12 élèves, à l’école secondaire Columbine au Colorado.

Heidi Ratjen est elle-même survivante de la tuerie à l’école Polytechnique de Montréal de décembre 1989. Elle souligne que les forces politiques aux États-Unis empêchent pratiquement toute tentative de supervision sur la vente et la possession d’armes à feu.

Elle pointe la National Rifle Association, un puissant groupe de pression, qui protège le droit de tout Américain à posséder une arme. Selon cette association, c’est cette disposition qui garantit la sécurité des Américains. Sornettes! affirme Heidi Rathjen.

Si le port d’armes assurait une sécurité quelconque, les États-Unis seraient le pays le plus sécuritaire du monde, ce qui n’est pas le cas!

Heidi Rathjen

Les mères et les enseignants mobilisés

Le 14 mai 2000, un an après le massacre de l’école Columbine, une manifestation s’organise dans la capitale américaine. Guy Gendron, correspondant à Washington, couvre l’événement pour Le Téléjournal.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 14 mai 2000

En ce jour de fête des Mères, Guy Gendron assiste à une mobilisation sans précédent. Un demi-million de « mamans à la poussette » (stroller moms) marchent vers le Capitole pour réclamer la fin de la prolifération des armes à feu dans leur pays. C’est une colère sourde qu’elles expriment.

Ma fille a été tuée par 11 balles!

Une mère de victime de la fusillade de Columbine

Le Congrès n’a rien fait en un an après le massacre à Columbine!

Une enseignante de l’école Columbine

À quelques pas de là se déroule une contre-manifestation de partisans du droit de disposer d’armes aux États-Unis. Ces derniers rêvent d’installer à la Maison-Blanche George W. Bush, candidat républicain à l’élection présidentielle de novembre 2000.

Plus ça change, plus c’est pareil!

En avril 2007, alors que George W. Bush est président des États-Unis depuis six ans, survient un autre massacre dans une institution scolaire. La fusillade à l’Université de Virginie tue 33 personnes. Des voix s’élèvent pour réclamer d’urgence l’intervention du gouvernement américain.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le Téléjournal/Montréal, 17 avril 2007

Le journaliste Frédéric Arnould se rend à Bellingham dans l’État de Washington, tout près de Vancouver, pour constater ce que pensent les Américains à ce sujet. Il revient pour l’émission Le Téléjournal/Montréal avec un reportage qui dépeint une société divisée.

Il faut s'interroger sur le deuxième amendement de la Constitution américaine qui donne le droit à tous les Américains de porter des armes.

L'animateur d’une tribune téléphonique à Bellingham

Je me demande combien de personnes seraient mortes si chacun avait été armé?

Un auditeur participant à la tribune téléphonique à Bellingham

Presque 11 ans plus tard, le débat fait toujours rage. Le 24 mars 2018, « la marche pour nos vies », à laquelle se joindront des milliers d’élèves et d’étudiants, se déroulera à Washington. Une fois encore, les voix d’une multitude d’Américains se projetteront vers la Chambre des représentants et du Sénat des États-Unis.

Cela suffira-t-il pour faire comprendre aux politiciens, à ceux qui appuient la prolifération des armes à feu, que la balle est dans leur camp? L’avenir le dira.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.