•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un discours du Trône qui souligne les services aux Ontariens

Photo de la lieutenante-gouverneure qui lit au podium à Queen's Park.
La lieutenante-gouverneure de l'Ontario, Elizabeth Dowdeswell. Photo: La Presse canadienne / Peter Power
Radio-Canada

La lieutenante-gouverneure de l'Ontario, Elizabeth Dowdeswell, a prononcé un discours du Trône mettant l'accent sur les services que le gouvernement provincial offre à ses citoyens, lundi à Queen's Park.

C'est dans ce discours que le gouvernement du Parti libéral de Kathleen Wynne a fait état de ses priorités en prévision des élections provinciales du 7 juin.

Les grandes lignes de ce discours étaient toutes en lien avec les investissements faits dernièrement dans les services aux citoyens, telles l'éducation et la santé. De plus, l'augmentation du salaire minimum s'est retrouvée au centre des mots prononcés par la lieutenante-gouverneure.

Elle a en outre annoncé que certains programmes déjà instaurés seraient étendus. C'est le cas, entre autres, du programme d'assurance maladie : le gouvernement Wynne a l'intention de l'étendre à « d'autres sections de la population ».

Au sujet de la santé, Mme Dowdeswell a affirmé que les aidants naturels ont maintenant plus d'appuis, ce qui en retour leur permet de s'occuper des aînés et des handicapés, et ce, malgré le coût de la vie élevé en Ontario. Elle a déclaré que le gouvernement avait l'intention de miser davantage sur ces programmes, sans préciser comment.

« Après avoir présenté un budget équilibré cette année, votre gouvernement a délibérément choisi de faire plus d'investissements dans les soins et les services dont dépendent les habitants de la province », a aussi dit la lieutenante-gouverneure.

Toujours en santé, Mme Dowdeswell a mentionné que le gouvernement libéral comptait rendre les soins dentaires plus abordables. Il s'agit d'ailleurs d'une promesse électorale du Nouveau Parti démocratique. De plus, « des investissements significatifs » dans le but de réduire le temps d'attente dans les hôpitaux devraient se trouver dans le prochain budget.

La lieutenante-gouverneure a également précisé que l'éducation était désormais plus abordable dans la province. Elle a fait référence au Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario, annoncé en avril 2017 lors du dévoilement du dernier budget du gouvernement Wynne. Dans ce cas aussi, elle a affirmé que le gouvernement avait l'intention d'étendre ces programmes, sans donner plus de détails.

Dans la foulée, Mme Dowdeswell a déclaré que le gouvernement allait de l'avant « avec la création de la première université francophone en Ontario ».

Tous les nouveaux investissements à prévoir seront annoncés lors du dévoilement du budget, le 28 mars prochain.

Puis, rappelant une fois de plus le coût de la vie élevé dans la province, Mme Dowdeswell a souligné que le salaire minimum, qui était de 11,40 $ l'heure en 2017, est maintenant de 14 $ l'heure et qu'il passera à 15 $ en 2019.

Mme Wynne avait prorogé les travaux à l'Assemblée législative, la semaine dernière.

Un déficit à prévoir

Le ministre des Finances, Charles Sousa, a affirmé en mêlée de presse tout juste après le discours que le prochain budget afficherait un déficit de 1 %. « Nous pouvons continuer à équilibrer [le budget], ou nous pouvons continuer à faire ces autres investissements qui stimulent également la croissance économique, a-t-il déclaré. Nous choisissons de le faire avec un déficit modéré l'année prochaine afin de s'adapter à tous ces domaines. »

De son côté, la chef du NPD, Andrea Horwath, a souligné que le Parti libéral avait inclus des promesses relativement à une assurance dentaire provinciale, des promesses que son parti a énoncées il y a à peine quelques jours. « La différence, c'est que les néo-démocrates y croient vraiment », a déclaré Mme Horwath, elle aussi en mêlée de presse, ajoutant que les libéraux changent souvent d'avis, selon elle, après avoir été élus.

Un « rassemblement de l’unité »

En réponse à ce discours du Trône qu'ils jugent partisan, le nouveau chef conservateur, Doug Ford, et son caucus organisent un « rassemblement de l’unité » qui aura lieu lundi soir.

Avant que le discours ne soit prononcé, la première ministre Kathleen Wynne a nié tenter de monopoliser l’attention médiatique au détriment des conservateurs, qui sont en tête dans les intentions de vote.

Selon elle, un discours du Trône était nécessaire alors que l'économie ontarienne change et qu'il y a une montée protectionniste aux États-Unis.

L’objectif [du discours du Trône] est de présenter nos priorités pour les prochaines semaines avant la session législative, alors que nous déposerons notre budget [le 28 mars] et avant l’élection.

Kathleen Wynne, première ministre de l'Ontario
Photo en mosaïque de Kathleen Wynne et de Doug Ford.La première ministre Kathleen Wynne et le chef conservateur Doug Ford. Photo : CBC/David Donnelly

De son côté, le chef de l'opposition, Doug Ford, accuse la chef libérale de chercher à détourner l'attention des scandales qui hantent son gouvernement.

En prorogeant la législature, Kathleen Wynne et les libéraux veulent que vous pensiez que c'est un nouveau départ pour leur gouvernement. Mais les Ontariens savent qu'on ne peut pas effacer 15 ans de gaspillage et de corruption politique sous les libéraux.

Doug Ford, chef conservateur

Pour sa part, le NPD a dévoilé une partie de sa plateforme électorale, y compris un plan de couverture dentaire pour tous les travailleurs, qui serait financé grâce à des cotisations des employeurs (75 %) et des employés (25 %).

La plus courte session législative de l’histoire ontarienne?

L'extérieur de Queen's ParkL'Assemblée législative de l'Ontario à Toronto. Photo : Radio-Canada

La session législative qui s'amorce lundi durera au plus sept semaines, avant le déclenchement de la campagne électorale. Ce sera une courte session, mais pas la plus courte de l’histoire de Queen’s Park.

La session la plus courte de l’histoire récente remonte à 1976. Elle avait duré deux jours! Le premier ministre ontarien de l’époque, Bill Davis, avait rappelé les élus en chambre afin d'adopter une loi de retour au travail pour les enseignants du secondaire de Toronto qui étaient en conflit de travail depuis deux mois. Le discours du Trône ne faisait qu’un paragraphe, qui expliquait pourquoi les députés étaient rassemblés ainsi à la mi-janvier.

En 1999, Mike Harris avait lui aussi déclenché des élections peu de temps après avoir présenté un discours du Trône. La session avait duré 11 jours, mais avec seulement 6 jours de travaux. Seuls quatre projets de loi du gouvernement avaient été adoptés.

Avec des informations de Claudine Brulé

Toronto

Politique provinciale