•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une formation pour prévenir les cas d'allergie au restaurant

La formation proposée par Allergies Québec est destinée aux serveurs, aux cuisiniers et aux gestionnaires.

Photo : Radio-Canada / Marie-Laurence Delainey

Radio-Canada

Deux ans après qu'un serveur eut servi un tartare de saumon à un client allergique dans un restaurant de Sherbrooke, Allergies Québec, en collaboration avec l'Association des restaurateurs du Québec, a créé une formation en ligne pour le personnel du milieu de la restauration.

Un texte de Marie-Laurence Delainey

« Quand on va au restaurant, qu'on reçoit un plat et qu’un drame arrive, chez Allergies Québec, c'est comme un système d'alarme. On ne veut pas que ce genre d'événements se reproduise », explique la porte-parole d'Allergies-Québec, Dominique Seigneur.

Au mois de mai 2016, un serveur d'un restaurant de Sherbrooke s’est fait arrêter pour avoir servi un tartare de saumon à un client allergique.

Il n'y a pas eu d'accusation criminelle, mais une poursuite au civil a été déposée contre le restaurant. L'histoire, qui a fait les manchettes, a forcé de nombreux propriétaires à changer leurs façons de faire.

L'industrie a fait des pas de géants pour accommoder les personnes aux prises avec des allergies, mais ce n'est pas fait de manière aussi structurée qu'on le souhaiterait.

François Meunier, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales de l'Association des restaurateurs du Québec

« Il y aura maintenant un cadre universel », précise François Meunier, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales de l'Association des restaurateurs du Québec.

La formation, qui sera disponible sur le site d'Allergies Québec le 21 mars, est destinée aux serveurs, aux cuisiniers et aux gestionnaires.

« Si on est serveur par exemple, on suit une formation de 30 minutes, de moins de 30 $, qui nous permet d'avoir une bonne base en ce qui a trait au service à la clientèle. Si on est en cuisine, on va plus se concentrer sur la contamination croisée », explique Mme Seigneur.

Les restaurants n'ont aucune obligation légale de se doter d’un protocole en matière d'allergies. On leur recommande toutefois déjà certaines mesures, comme d'indiquer les allergènes dans les menus ou encore d'avoir, en cas d'urgence, un auto-injecteur.

Environ 300 000 personnes souffrent d'au moins une allergie au Québec.

Restaurants

Société