•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Canadien au cœur du scandale des données Facebook recueillies par la campagne Trump

Le Canadien et lanceur d'alerte Christopher Wylie lors d'une entrevue. Il a livré son témoignage au New York Times et à The Observer.
Le Canadien Christopher Wylie est la tête derrière la firme Cambridge Analytica, qui a obtenu des données d'utilisateurs Facebook, sans autorisation, pour bâtir un programme informatique permettant de prédire et d'influencer le choix des électeurs américains. Photo: The Guardian/CBC News
Radio-Canada

En voyant les résultats de la présidentielle américaine de 2016 et l'extrême droite gagner en popularité aux États-Unis, le Canadien Christopher Wilye a décidé de révéler au grand jour le système qui a permis à la campagne Trump de profiter d'informations de plus de 50 millions d'utilisateurs Facebook sans leur autorisation.

Originaire de la Colombie-Britannique, cet analyste de données de 28 ans est le cerveau derrière la compagnie Cambridge Analytica et l’élément clé de l’enquête du New York Times et The Observer.

La victoire de Donald Trump « m’a vraiment fait réfléchir à l’effet qu’avait eu Cambridge Analatyca » sur la campagne électorale, raconte Christopher Wilye à l’émission The National, sur les ondes de CBC.

Durant la campagne pour la présidentielle américaine, la firme de données Cambridge Analytica a été engagée par l’équipe de Donald Trump pour mettre sur pied un programme afin d’établir des profils selon les activités des utilisateurs Facebook. Grâce à ces données, recueillies à l'insu des utilisateurs, la firme a été en mesure d’influencer le choix des électeurs américains, avance-t-il.

« Je me suis dit que je devais parler maintenant parce que j’ai vu ce qu’a fait cette compagnie et je crois que les gens sont en droit de savoir », explique l’analyste de données.

Dénoncer un géant des médias sociaux comme Facebook est intimidant, d’autant plus que je me présente comme un lanceur d’alerte.

Christopher Wylie

Selon Christopher Wylie, les pratiques de Cambridge Analytica sont « extrêmement immorales », mais il estime que Facebook doit aussi assumer sa part de responsabilité.

Dimanche, Facebook a annoncé qu’un « examen interne et externe » était en cours pour déterminer si ces millions de données existaient toujours.

Le vice-président de Facebook, Paul Grewal, a fait savoir la même journée que la compagnie s’engageait à veiller « fermement » au respect des politiques de protection de la vie privée de ses utilisateurs.

Cambridge Analytica affirme de son côté qu’elle « respecte entièrement les conditions d’utilisation de Facebook » et qu’elle n’a aucune donnée issue de comptes Facebook en sa possession.

D’après l’enquête journalistique, la firme de données aurait aussi joué un rôle majeur dans la campagne référendaire qui a mené au Brexit.

Avec les informations de CBC

Politique américaine

Techno