•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation d'opposants à Trans Mountain près de Vancouver

Des agents avec leur gilet jaune face à des opposants adossés à une barrière avec une bannière dessus.
Des agents de la Gendarmerie royale du Canada face à des opposants à l'agrandissement de l'oléoduc Trans Mountain le 17 mars 2018 près du terminal pétrolier où doit aboutir le projet, en banlieue de Vancouver. Plusieurs opposants ont été arrêtés le même jour pour ne pas avoir respecté l'injonction leur interdisant l'accès au site. Photo: Radio-Canada / Bridgette Watson
Radio-Canada

Une trentaine d'opposants à l'élargissement de l'oléoduc Trans Mountain, entre l'Alberta et la Colombie-Britannique, ont été arrêtés samedi au terminal pétrolier où doit aboutir le projet, en banlieue de Vancouver.

Une injonction accordée la veille interdit aux manifestants de se rendre à 5 m ou moins du chantier de Kinder Morgan, à Burnaby. Les personnes arrêtées, qui violaient l'injonction en connaissance de cause, étaient soutenues par quelques dizaines d'autres se trouvant un peu plus loin.

« La police est venue et a expliqué ce qui allait arriver, les manifestants coopèrent, tout s'est fait très calmement », a raconté Amina Moustaqim-Barrette, porte-parole des opposants.

Des manifestations quotidiennes sont prévues au cours des prochains jours, a-t-elle ajouté. Celles-ci dureraient jusqu'au 26 mars, date à laquelle Kinder Morgan doit avoir terminé de raser des arbres dans les environs.

Kinder Morgan a indiqué dans un communiqué qu'elle soutient l'expression de sentiments vis-à-vis de son projet, mais que ceux-ci doivent se faire légalement et pacifiquement. Les manifestants « doivent respecter les termes de l'injonction en vigueur en ce moment », a-t-elle ajouté.

Le projet d'agrandissement de Trans Mountain vise à tripler la capacité de l'oléoduc existant, la faisant passer de 300 000 à 890 000 barils de pétrole par jour. Les travaux doivent durer jusqu'à fin 2020.

Protection des écosystèmes

Environnement