•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ancien numéro 2 du FBI limogé à quelques jours de sa retraite

L'ancien directeur par intérim du FBI, Andrew McCabe.

L'ancien directeur par intérim du FBI, Andrew McCabe, lors de son audition devant le comité du Sénat sur le renseignement.

Photo : Reuters / Eric Thayer

Radio-Canada

L'ancien directeur adjoint du FBI, Andrew McCabe, qui était toujours employé par la police fédérale américaine après avoir quitté ses fonctions en janvier, a été limogé vendredi par le secrétaire américain à la Justice, Jeff Sessions, deux jours avant qu'il ne soit autorisé à prendre sa retraite.

« Andrew McCabe renvoyé, c’est un grand jour pour les hommes et les femmes du FBI, un grand jour pour la démocratie », a commenté sur Twitter le président américain Donald Trump après le renvoi de McCabe.

James Comey « a fait passer McCabe pour un enfant de chœur. Il savait tout sur les mensonges et la corruption au plus haut niveau du FBI », peut-on y lire.

« Mauvaise conduite »

McCabe, qui était impliqué dans l’enquête classée sans suite entourant les courriels d’Hillary Clinton ainsi que dans l’enquête sur la collusion de la Russie dans la campagne de 2016, n’était pas dans les bonnes grâces de Donald Trump depuis des mois. Le président avait même publiquement reproché à Jeff Sessions, le procureur général américain, de ne pas avoir remplacé Andrew McCabe lorsqu’il était directeur par intérim du FBI.

Dans un communiqué publié pour justifier sa décision, le département de la Justice américaine a évoqué une « mauvaise conduite » de l’ancien numéro 2 du FBI.

« Sur la base du rapport de l’Inspecteur général, des conclusions du bureau des responsabilités professionnelles du FBI et des recommandations du haut fonctionnaire du département de la Justice, j’ai mis fin à l’emploi d’Andrew McCabe », a dit Jeff Sessions.

McCabe croit de son côté qu’il a été une cible politique parce qu’il a corroboré l’affirmation de l’ancien directeur du FBI, James Comey, voulant que le président Trump eût tenté de le forcer à mettre fin à l’enquête entourant la Russie.

« Voici la réalité : je suis isolé et traité de la sorte pour le rôle que j'ai joué, les décisions que j'ai prises et ce dont j'ai été témoin après le limogeage de James Comey », a réagi M. McCabe dans un communiqué.

À deux jours de sa retraite

Le renvoi de McCabe survient deux jours avant son 50e anniversaire, qui lui aurait permis d’être admissible à une retraite avec pension complète du FBI.

Son départ avait été déclenché par un rapport de l’Inspecteur général du département de la Justice. Selon le rapport, McCabe aurait induit en erreur les enquêteurs au sujet de ses activités de communication avec un ancien journaliste du Wall Street Journal qui écrivait un article sur le rôle de McCabe dans les enquêtes liées à Clinton.

À l’époque, Andrew McCabe avait nié avoir induit en erreur les enquêteurs et avait ajouté croire que la publication du rapport avait été « accélérée » après son témoignage à huis clos devant le Comité du renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis, où il avait révélé pouvoir soutenir les revendications de Comey.

Le licenciement de James Comey est devenu l’un des éléments principaux des questions entourant l’entrave possible du président Trump dans l’enquête sur la Russie.

McCabe pourrait être un témoin clé dans l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur une présumée ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International