•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Londres enquête sur l'assassinat de l'exilé russe Nikolaï Glouchkov

Gros plan de Nikolaï Glouchkov.

Nikolaï Glouchkov, le 19 décembre 2000, lors des procédures judiciaires entreprises contre lui en Russie.

Photo : La Presse canadienne / AP/Kommersant/Pavel Smertin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'unité antiterroriste de la police de Londres a confirmé vendredi qu'un homme d'affaires russe retrouvé sans vie lundi, Nikolaï Glouchkov, avait été assassiné.

L'homme de 68 ans, un ancien dirigeant de la compagnie aérienne russe Aeroflot, a été retrouvé mort lundi dans sa résidence de New Malden, en périphérie de Londres.

Sa mort était considérée comme « inexpliquée » jusqu’ici.

Dans un communiqué publié vendredi, l’unité antiterroriste de Scotland Yard affirme toutefois que le rapport du pathologiste conclut qu’il est mort d’une « compression au cou ». Elle traite donc désormais cette affaire comme un meurtre.

L’unité antiterroriste précise qu'elle poursuivra l'enquête elle-même « en raison des relations qu'il [Glouchkov] aurait eues », mais précise que rien ne suggère l’existence d’un lien entre sa mort et la tentative d’assassinat visant l’ex-agent double russe Sergueï Skripal.

M. Skripal et sa fille ont été empoisonnés par un gaz innervant le 4 mars à Salisbury, au sud-ouest de Londres, dans des circonstances encore inexpliquées. Londres tient Moscou responsable de cette affaire et a conséquemment décidé d’expulser 23 diplomates russes et de geler les contacts bilatéraux de haut niveau avec la Russie.

Les autorités russes ont aussi annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête pour le « meurtre » de Nikolaï Glouchkov. Dans un communiqué, le Comité d'enquête, organisme indépendant chargé des principales affaires, dit être « prêt à travailler avec les organismes compétents en Grande-Bretagne ».

Un policier monte la garde devant deux tentes montées devant la résidence de M. Glouchkov. Dans la rue, une autopatrouille est stationnée. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un policier britannique montant la garde devant la résidence de M. Glouchkov, au lendemain de la découverte de son corps.

Photo : Reuters / Peter Nicholls

Un partenaire de l'oligarque Berezovski

M. Glouchkov était un proche de l'oligarque russe Boris Berezovski, retrouvé pendu dans la résidence de son ex-femme en mars 2013 dans le Berkshire, dans le sud de l'Angleterre.

Dans les années 90, M. Glouchkov était un partenaire d'affaires de M. Berezovski, tant au sein d'Aeroflot que du constructeur automobile AvtoVAZ.

En 1999, il a été poursuivi pour détournement de fonds au détriment d'Aeroflot et a écopé d'une peine de prison. M. Berezovski, tombé en disgrâce auprès du président russe Vladimir Poutine, s'est exilé au Royaume-Uni à cette époque.

Après avoir été libéré, M. Glouchkov a aussi fui vers le Royaume-Uni, où il a obtenu l'asile politique en 2010.

Appelé à témoigner lors d'un procès intenté en 2011 par M. Berezovski contre un autre oligarque russe, Roman Abramovitch, M. Glouchkov avait affirmé qu'il avait été pris en otage par l'administration Poutine.

Le Kremlin, disait-il, voulait faire pression sur M. Berezovski pour le convaincre de vendre sa station de télévision russe, ORT.

Les circonstances entourant le décès de M. Berezovski, en 2013, demeurent elles-mêmes nébuleuses. La police croit qu'il s'est suicidé, mais ses proches, dont M. Glouchkov, considèrent qu'il a été assassiné. Un coroner n'a pas réussi à trancher ce débat.

« Je suis convaincu que Boris a été assassiné », avait confié M. Glouchkov au Guardian de Londres en 2013. « J'ai des informations bien différentes de celles qui ont été publiées dans les médias. »

Il soutenait dans la même entrevue que de nombreux exilés russes trouvaient la mort dans des circonstances troubles, en évoquant non seulement le cas de M. Berezovski, mais aussi celui d'Alexander Litvinenko, empoisonné au polonium-210 en 2006.

La police de Londres a annoncé il y a quelques jours qu'elle réétudiait les cas de plusieurs Russes morts sur le territoire britannique au cours des dernières années, dont celle de M. Berezovski.

En 2017, M. Glouchkov a aussi été condamné par contumace à huit ans de prison par la justice russe pour avoir détourné une autre somme de plus de 150 millions de dollars des coffres d'Aeroflot.

Aeroflot a saisi la justice britannique pour récupérer la somme, et M. Glouchkov avait été assigné à comparaître dans cette affaire lundi, à 10 h 30, rapporte The Guardian, mais il ne s'est jamais présenté.

Avec les informations de Reuters, The Guardian, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !