•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prolongement des heures d’ouverture des bars à Gatineau mis de côté

Des commerces et des bars sur le bord d,une rue de Gatineau en hiver.

Des tenanciers de bars de Gatineau sont déçus que le projet pilote de prolongement des heures d'ouverture des établissements soit mis de côté pour l'instant.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le projet pilote visant à rouvrir les bars du centre-ville de Gatineau jusqu'à 3 h du matin ne se fera finalement pas cette année. Des consultations publiques sur la question devront avoir lieu avant que le projet n'aille plus loin.

C’est le conseiller du district de Hull-Wright, Cédric Tessier, qui est derrière cette proposition. Ce dernier devra toutefois attendre la tenue de consultations publiques avant de convaincre ses collègues d’appuyer son projet.

« J’ai consulté mes collègues, j’ai aussi parlé à des citoyens et des experts en consultations publiques [...] et on est arrivé au consensus que ça prend une consultation bien faite [...] et pour bien le faire, il faut se donner le temps », explique M. Tessier.

Les tenanciers du centre-ville, qui réclament ce changement depuis des années, sont toutefois bien déçus.

« Est-ce qu’on a vraiment besoin, en tant que société, que la Ville paye une consultation publique pour savoir si huit ou 12 bars peuvent ouvrir à 3 h quand à Gatineau on peut, quand à Aylmer on peut, quand à Ottawa on ferme maintenant à 4 h ? », se demande Éric Gaudreault, propriétaire du bistro-bar Le Troquet.

On est extrêmement déçus. On semblait s’entendre sur un projet pilote, ça semblait être simple.

Éric Gaudreault, propriétaire, bistro-bar Le Troquet

« C’est certain que je comprends la déception des tenanciers de bars [...] En même temps, moi, comme conseiller, je représente la population aussi et il faut que j’écoute cette population-là », se défend le conseiller.

Le conseil partagé

L’ouverture des bars gatinois jusqu’à 3 h ne fait cependant pas l’unanimité au sein des membres du conseil municipal.

« Moi, je pense qu’on est rendu là. On doit regarder ça de près [...] Ça prend une consultation publique pour en parler avec les citoyens », estime Louise Boudrias.

Des heures de fermeture plus tardives évoquent toutefois de mauvais souvenirs chez certains, alors que les bagarres à la sortie des bars et les interventions policières étaient fréquentes au centre-ville lorsque les établissements pouvaient fermer à 3h.

Je l’ai vécue [l’époque où les bars fermaient à 3 h], j’étais ambulancier à l’époque [...] Je couvrais ce qu’on appelait la main le soir et les fins de semaine [...] On en a vu de toutes les couleurs.

Jocelyn Blondin, conseiller municipal, district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau

M. Blondin n’est pas totalement fermé à l’idée d’un projet pilote si la population est favorable à la prolongation des heures d’ouverture des bars.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Société