•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport collectif en région : le gouvernement manque de leadership, disent les préfets

Le terminus d'Autobus Maheux à Rouyn-Noranda
Le terminus d'Autobus Maheux à Rouyn-Noranda Photo: Radio-Canada / Félix B. Desfossés
Radio-Canada

Les élus demandent au gouvernement de mettre sur pied un sommet sur le transport collectif régional interurbain pour trouver des solutions à long pour pérenniser les services de transports collectifs.

Un texte de Thomas Deshaies

La Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue dénonce l'absence de leadership gouvernemental concernant le transport collectif interurbain régional.

Cette sortie publique survient en marge du Forum sur la mobilité durable et les changements climatiques organisé par le Conseil régional sur l'environnement de l'Abitibi-Témiscamingue (CREAT).

La présidente de la conférence des préfets, Diane Dallaire, déplore que le gouvernement ne fasse qu'octroyer des aides d'urgence à l'entreprise Autobus Maheux.

Diane DallaireDiane Dallaire Photo : Radio-Canada / Guillaume Rivest

« Je vous dirais que le transport régional interurbain collectif est présentement sur le respirateur artificiel. Tout ce qu'on fait, c'est qu'on change la bonbonne. Pas de stratégie durable pour que la situation se règle », s'insurge-t-elle.

Les préfets réclament une plus grande équité dans les budgets consacrés au transport collectif. Seulement 0,67 % du budget dédié au transport collectif serait attribué au transport collectif en région.

Conséquences dans la vie des gens

Diane Dallaire estime que les coûts élevés des billets d'autobus empêchent des citoyens de se mouvoir à leur guise. « On a une problématique de grandeur de territoire. On a une population vieillissante, soins de santé [sont offerts] un peu partout en région. L'enjeu du transport c'est majeur. Oui, certaines personnes sont très très affectées par ce problème », affirme Mme Dallaire.

Ça mérite une réflexion provinciale. C'est un enjeu très important.

Diane Dallaire

Les dirigeants d'Autobus Maheux avaient expliqué par le passé être incapables d'offrir des billets plus abordables, puisque la plupart de leurs lignes sont déficitaires, et que le gouvernement n'offre pas de subvention suffisante.

L'aide d'urgence octroyée à Autobus Maheux se termine le 31 mars prochain.

Recommandations de la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue

1- Mise sur pied d'une consultation à l'image du Sommet sur le transport aérien régional pour le transport collectif régional interurbain par autobus.

2- Assurer une plus grande équité entre les régions du Québec au niveau des budgets dédiés au transport collectif.

3- Que le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports assume l'entièreté de sa responsabilité relative au transport intraprovincial de personnes et de marchandises effectué par les entreprises locales comme l'autobus.

4- Travailler à des solutions permettant la réduction des coûts des titres de transport interurbain régional.

5- En cohérence avec sa Politique gouvernementale sur l'allègement réglementaire et administratif, le gouvernement devrait amorcer une analyse afin de permettre une plus grande flexibilité dans l'industrie du transport collectif par autocars.

6- Dans une perspective globale de mobilité durable sur tout le territoire québécois que le Ministère considère une révision ou une modulation des tarifs de location de la Gare d'autocars de Montréal.

Source : Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue

Abitibi–Témiscamingue

Transport en commun