•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fracturation hydraulique en Colombie-Britannique sous la loupe du gouvernement

Photo d’un site de fracturation hydraulique à Dawson Creek au nord-est de la Colombie-Britannique.

Un site de fracturation hydraulique, à Dawson Creek, dans le nord-est de la Colombie-Britannique.

Photo : iStock / MajaPhoto

Radio-Canada

La fracturation hydraulique en Colombie-Britannique sera examinée par un comité indépendant de trois experts pour s'assurer que le processus respecte les normes de sécurité et environnementales.

Un texte d’Eva Uguen-Csenge

Michelle Mungall, ministre de l’Énergie, des Mines et des Ressources naturelles, affirme que l’examen scientifique répondra aux questions des Britannos-Colombiens au sujet de la fracturation.

« C’est à nous de nous assurer que les opérations de gaz naturel continuent de répondre aux normes mondiales et à satisfaire les meilleures pratiques pour la protection environnementale », déclare-t-elle dans un communiqué du gouvernement.

Cette technique d’extraction du gaz naturel pourrait causer des tremblements de terre, une conséquence qui est le point focal du comité d’experts, selon le communiqué de la province.

En 2016, un rapport scientifique a révélé qu’entre 90 et 95 % des tremblements de terre de magnitude 3 ou plus survenus en cinq ans dans le bassin sédimentaire de l'Ouest canadien étaient causés par les activités entourant la fracturation hydraulique.

La fracturation hydraulique est une technique d'extraction du gaz naturel et du pétrole de schiste par injection d'eau (mélangée à des produits) ou de vapeur à haute pression sous terre, au-delà des nappes phréatiques, afin de libérer les hydrocarbures enfermés dans les roches.

Le comité est composé d’une professeure en hydrogéologie, d’un professeur de génie en géologie et d’une ingénieure géophysicienne.

La province affirme que les connaissances des Premières Nations seront prises en compte dans l’analyse. Nalaine Morin, qui a travaillé sur plusieurs projets énergétiques ayant un effet sur des Premières Nations, a été nommée conseillère au comité.

Le comité présentera ses conclusions avant la fin de l’année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Protection des écosystèmes