•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La discipline et la capacité de faire des choix, deux qualités essentielles pour épargner

Une plante est en train de germer au travers de pièces de monnaie.
L'épargne est surtout une question de discipline, selon le planificateur financier Sylvain B. Tremblay. Photo: iStock
Radio-Canada

Avec de la planification, épargner est plus accessible que l'on pourrait le croire, estime le planificateur financier Sylvain B. Tremblay. « Que tu aies de gros ou de petits revenus, il y a moyen d'épargner. Il faut cependant le budgéter », lance-t-il d'entrée de jeu.

Pour illustrer son propos, il propose l'exemple d'un jeune couple sans enfant. Les deux personnes travaillent 37,5 heures par semaine au salaire minimum. Ensemble, ils touchent environ 42 000 $ par année. Chacun paie environ 2100 $ en impôts. Leur budget annuel est donc d’environ 37 800 $.

Leur objectif est de parvenir à épargner 10 % de leur budget, soit 3780 $. L'atteinte de cet objectif est une question de choix économiques et de discipline, estime le planificateur financier.

Pour y parvenir, le couple ne devrait pas utiliser plus de 25 % de ses revenus dans l’habitation, affirme-t-il. « [Pour trouver un équilibre,] on devrait être en mesure de payer son loyer avec une semaine de travail. C'est donc 25 % du revenu disponible. »

Un couple dans cette situation devrait donc chercher à se loger avec 9450 $, soit moins de 780 $ par mois.

C’est là que commencent les choix à faire. S’ils veulent maintenir leur objectif, ces deux personnes n’auront probablement pas les moyens d’habiter dans les quartiers courus des grands centres.

Ils pourront s’en sortir en colocation ou à des endroits abordables, moins recherchés. « Il n’y a rien qui t’oblige à rester sur le Plateau [Mont-Royal]. Tu peux rester en banlieue », fait remarquer le planificateur.

Plus de 24 000 $ pour le reste

À ce stade, le couple détient toujours 24 570 $. Il faut ajouter à cela l’alimentation, soit environ 150 $ par semaine, suggère le planificateur. Cela représente donc 7800 $ par année, et il resterait 16 770 $ pour les autres dépenses.

En suivant ce plan, ces deux personnes disposent de 1400 $ par mois pour les services de télécommunication, les vêtements, le transport et les loisirs.

« Si tu es discipliné, tu vas être capable de le faire, assure Sylvain B. Tremblay. Ça dépend du train de vie. »

À partir du 1er mai, le salaire minimum au Québec passera de 11,25 $ à 12 $ de l’heure. Un couple dans cette situation pourrait compter sur un budget après impôts d’environ 40 000 $ par année.

M. Tremblay rappelle qu’il voit souvent des personnes très fortunées qui sont incapables d'économiser parce qu'elles ne prennent pas le temps de placer quelques sommes.

D’ailleurs, si le planificateur financier recommande de mettre de côté 10 % de son budget par année, il ajoute que ce n’est pas obligatoire. « N’épargner que 1000 $ par année, c’est déjà une maudite bonne affaire! » dit-il.

Finances personnelles

Société