•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment en arriver à une réconciliation avec les Autochtones

Un homme debout s'adresse à huit personnes assises à des tables devant lui.
Le président du Collège Campion de l'Université de Regina, John Meehan, détaille ses expériences de réconciliation avec les Autochtones. Photo: Radio-Canada / Carl Sincennes
Radio-Canada

Sans vouloir imposer sa propre vision des choses, le président du Collège Campion de l'Université de Regina, John Meehan, a voulu raconter ce qu'il avait vécu auprès des Autochtones et donner des pistes de solutions pour arriver à une réelle réconciliation entre les Autochtones et les non-Autochtones lors d'un midi-conférence à la Cité universitaire francophone.

Un texte de Carl Sincennes

Lors de cette conférence, il a, entre autres, exploré la question suivante : « La réconciliation est-elle une destination ou un processus? » Selon lui, elle est davantage un processus qu'une destination.

Il explique, par exemple, qu'il est devenu ami avec des membres de communautés autochtones qui, de prime abord, lui étaient hostiles.

Selon lui, c'est par l'écoute qu'il y est arrivé. Toujours d'après lui, il faut être présent et écouter et ne pas tenter d’imposer des solutions aux Autochtones, tout en étant également solidaire.

C'est le début d'une relation, d'être présent. Quand on est présent, il faut commencer à écouter et voir les choses d'une autre manière, d'une autre façon. Il faut apprendre des choses les uns des autres.

John Meehan, président du College Campion, Université de Regina

Il ajoute que les solutions doivent venir justement des Autochtones et non pas « de gens de l'extérieur » qui tentent de résoudre les problèmes.

Un long chemin vers la réconciliation

Pour en arriver à une réelle réconciliation, il faudra faire tomber les « murs » qui existent entre Autochtones et non-Autochtones.

Selon John Meehan, il y a une espèce de mur imaginaire, symbolisé par le chemin de fer, à Regina.

Généralement, les Autochtones vivent au nord de la ville, et les non-Autochtones, au sud, et ne se mélangent pas beaucoup entre eux, d'après le professeur. Celui-ci invite les gens à aller à la rencontre des Autochtones pour briser les murs.

Par ailleurs, plusieurs participants à la conférence ont affirmé vouloir que les universités et les médias se concentrent davantage sur les choses positives plutôt que sur les choses négatives entourant la culture et l’histoire autochtones.

Souvent, dans les médias, on n'entend que les mauvaises choses : les suicides, la violence, etc. Moi, j'ai vu une force intérieure chez les gens, malgré tous les défis.

John Meehan, président du College Campion, Université de Regina

Saskatchewan

Nations métisses et autochtones