•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environnement : les Premières Nations se sentent trahies; Québec s'excuse

Le reportage de Thomas Gerbet
Radio-Canada

« Insulte », « colonialiste » : les Premières Nations ne digèrent pas que Québec ait remis en question la valeur accordée par Ottawa à leurs connaissances traditionnelles, dans le cadre de sa réforme des évaluations environnementales. Le gouvernement Couillard a présenté ses excuses, jeudi soir.

Un texte de Thomas Gerbet

« C'est comme s'ils nous jouaient dans le dos », exprime en entrevue le grand chef du Conseil de la Nation Atikamekw (CNA), Constant Awashish. Très déçu, il ne mâche pas ses mots à l'égard de la déclaration du gouvernement provincial : « paternalisme », « mépris », manque de « respect ».

Dans une lettre révélée par Radio-Canada jeudi, un sous-ministre à l'Environnement du Québec remettait en question la volonté d'Ottawa de considérer les connaissances traditionnelles autochtones au même titre que la science dans l'évaluation des grands projets, car elles pourraient, selon lui, entrer en contradiction.

C'est dommageable pour la relation de confiance que j'ai envers le gouvernement. C'est aberrant de voir que devant le public, tout est beau, mais que dans les coulisses, il y a un autre message.

Constant Awashish, grand chef du Conseil de la Nation Atikamekw

Dans la lettre adressée au président de l'Agence fédérale d'évaluation environnementale, le 6 février, le sous-ministre à l'Environnement du Québec, Patrick Beauchesne, faisait part de ses préoccupations concernant plusieurs éléments du projet de loi C-69 du gouvernement Trudeau, qui vise à modifier la façon d'évaluer les grands projets comme les mines, les barrages, les pipelines ou encore les ports.

Il s'étonnait, entre autres, de l'idée de rendre obligatoire la prise en compte des connaissances traditionnelles autochtones, car cela « pourrait s'avérer problématique dans les cas où le savoir autochtone et la science se révéleraient contradictoires ».

« La science n'est pas incompatible avec notre savoir, elle est plutôt complémentaire, écrit le Conseil de la Nation Atikamekw dans un communiqué de presse. Sans oublier que [notre savoir] est souvent en avance sur la science en ce qui a trait à la connaissance du territoire. »

« Un recul d'un demi-siècle »

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, Ghislain Picard, se sent lui aussi « insulté » par le contenu de cette lettre, qu'il trouve « rétrograde ».

Il reproche au gouvernement Couillard de « parler de réconciliation avec les peuples autochtones d'un côté de la bouche et, de l'autre côté, [de] nier la place qu'ils sont en droit d'occuper ».

Ghislain Picard reproche aussi à Québec sa crainte que des évaluations environnementales de projets puissent être menées par des communautés autochtones à la place du gouvernement. Il rappelle qu'un jugement de la Cour suprême a reconnu le droit des Premières Nations de déterminer l'utilisation de leurs terres.

La confiance à l'endroit du présent gouvernement n'était pas solide en partant. Et avec ça, elle s'effrite encore davantage.

Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador

« Si ça se passe au niveau d'un ministère, croit Ghislain Picard, c'est facile de penser que ça se passe ailleurs aussi, jusqu'au ministère de la Justice. »

Le gouvernement du Québec s'excuse

Dans une lettre transmise jeudi soir à l'Assemblée des Premières Nations, la ministre de l'Environnement du Québec, Isabelle Melançon, et le ministre responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelly, présentent leurs excuses.

« Nous sommes conscients et désolés que la lettre ait pu créer, telle que rédigée, plusieurs interrogations au sein de la population autochtone. »

Les deux ministres tentent de « rassurer » les Premières Nations en affirmant qu'ils n'avaient « aucunement pour but de nier l'importance des droits et du savoir des Autochtones ».

Les excuses ne suffisent pas, disent les chefs innus

Dans un communiqué commun, diffusé vendredi, les chefs de la Nation innue demandent « plus que des excuses » et une « rétractation de Québec » sur plusieurs éléments contenus dans les lettres adressées à Ottawa.

Les chefs parlent de « positions honteuses » qui chercheraient « à limiter le rôle des Premières Nations dans les projets ». Alors que le projet de loi C-69 prévoit de permettre aux Autochtones de mener leurs propres évaluations environnementales, « Québec tente plutôt d'y faire obstacle », écrivent-ils.

Catherine McKenna réaffirme sa volonté de considérer les connaissances autochtones

La ministre de l'Environnement du Canada, Catherine McKennaLa ministre de l'Environnement du Canada, Catherine McKenna Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Dans une déclaration sur son compte Twitter, plus tôt jeudi, la ministre fédérale de l'Environnement a réaffirmé l'intention du projet de loi C-69 : « Nous rendrons obligatoire de prendre en compte le savoir traditionnel autochtone en même temps que la science et les autres données disponibles ».

Catherine McKenna a aussi écrit que dans le cadre de la réforme de l'évaluation environnementale, elle souhaite « faire progresser la réconciliation et prendre de meilleures décisions pour les projets, en reconnaissant les droits des peuples autochtones et en travaillant en partenariat avec eux, dès le départ ».

Autochtones

Politique