•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poisson séché et clinique moderne pour attirer des médecins à Clare

Alain Blinn a fait ses études en médecine à l'Université de Sherbrooke au Québec et pratique au Centre de santé de Clare depuis six ans.

Alain Blinn a fait ses études en médecine à l'Université de Sherbrooke au Québec et pratique au Centre de santé de Clare depuis six ans.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Radio-Canada

Le Centre de santé de Clare, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, fête ses dix ans. Cette clinique collaborative est souvent citée comme exemple de réussite par la province et son modèle ferait, selon le gouvernement, partie intégrante d'une solution à long terme pour mettre fin à la pénurie de médecins de famille.

Un texte d'Olivier Lefebvre

Le préfet de Clare, Ronnie LeBlanc, était des débuts du projet de construction de la clinique collaborative.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le préfet de Clare, Ronnie LeBlanc, travaille à recruter de nouveaux médecins depuis de nombreuses années.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

« En 2003, la municipalité de Clare était dans une crise semblable à ce qu'on voit dans beaucoup de communautés rurales aujourd'hui », explique le préfet de la municipalité Ronnie LeBlanc.

À l'époque, ils sont seulement trois médecins dans la municipalité. L'un d'eux annonce qu'il quittera son poste.

Épuisés par une surcharge de travail, les deux autres frappent à la porte de la municipalité pour obtenir de l'aide.

Nous aurions pu attendre et essayer de travailler avec la province. Tout ça c'est bien, mais nous autres ça nous semblait comme une priorité et les résidents de Clare étaient prêts à payer pour le centre.

Ronnie LeBlanc, préfet de la municipalité de Clare

La municipalité investit un montant de 4 millions de dollars pour construire un milieu de travail moderne et attirant pour les nouveaux médecins. Le centre est inauguré en 2008.

La municipalité offre en plus à ces médecins une prime de 100 000 dollars en échange d'au moins cinq ans de pratique.

Le Centre de santé de Clare a été entièrement financé par la communauté.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Centre de santé de Clare a été entièrement financé par la communauté.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Du poisson séché comme appât

Les élus restent par ailleurs en contact étroit avec les jeunes de la région partis étudier en médecine à l'extérieur de la province. On leur envoie par exemple de petits cadeaux avant les périodes d'examens.

« Un care package [colis surprise] avec du poisson sec et des items de la municipalité, parce que c'est un temps de stress », précise-t-il.

Les six médecins du Centre de santé de Clare sont aujourd'hui tous originaires de la région.

Le médecin Alain Blinn et une infirmière-praticienne discutent de l'état de santé d'un patient.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le docteur Alan Blinn pratique au Centre de santé collaboratif de Clare.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Alain Blinn y travaille depuis six ans. Il connaît bien ses collègues. Il a fréquenté la même école primaire que trois d'entre eux.

« On a des jeunes, on a des médecins qui ont plus d'expérience, on a des infirmières-praticiennes, on travaille ensemble, souvent les midis, si on a des cas compliqués, souvent on se parle ensemble », explique-t-il.

Se déplacer à la rencontre des candidats

Michelle Dow pratique en Nouvelle-Écosse depuis ses débuts. Les jeunes veulent, selon elle, travailler en collaboration et ce genre de pratique, croit-elle, est celle du futur.

Les jeunes ne veulent pas venir travailler tout de seul dans les bureaux là comme j'ai fait pour les premiers 17 ans de ma vie, j'ai fait ça parce que j'avais pas de différence, j'avais pas mieux, je pensais que c'était comme ça.

Michelle Dow, directrice médicale, Centre de santé de Clare

L'ancienne présidente de l'organisme Doctors Nova Scotia entrevoit un avenir encourageant pour les communautés acadiennes et francophones en difficulté aujourd'hui.

Elle fonde son optimisme sur les trois places réservées en médecine au Québec pour des étudiants francophones de la Nouvelle-Écosse.

Michelle Dow est directrice-médicale au Centre de santé de Clare.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La docteure Michelle Dow travaille dans la communauté de Clare depuis plus de 30 ans.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

« Je sais que ce n'est pas un gros nombre, mais à trois, si tu recrutes trois médecins par an, au bout de 10 ans, ça en fait beaucoup », dit-elle.

Ronnie LeBlanc était allé à la rencontre de ces étudiants, à l'Université de Sherbrooke, pour faire connaître les besoins de sa communauté.

« J'encouragerais, dit-il, les autres régions acadiennes et francophones de la Nouvelle-Écosse à faire la même chose. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Santé