•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En épargne, ne négligez pas votre profil

Une main place une pièce dans une tirelire sous un ciel bleu.
Le profil d'investisseur vous guide vers le type d'investissement qui correspond à vos besoins. Photo: iStock / Urbancow/iStock
Radio-Canada

Avant que vous fassiez des investissements, les banques vont étudier avec vous votre profil d'investisseur. Ce portrait contribue à vous diriger vers des types de placements qui correspondent à vos besoins et à votre tolérance au risque.

Pour déterminer votre portrait, les banques évaluent sous quel horizon de temps votre épargne doit fructifier. Elles regarderont aussi si vous êtes à l'aise avec le risque, car en effectuant des placements, il y a des probabilités de connaître une baisse – souvent temporaire – de vos avoirs totaux.

« C’est une démarche qui est obligatoire, selon l’Autorité des marchés financiers », explique Guylaine Dufresne, directrice principale pour l’investissement et la planification financière à la Banque Laurentienne.

Plus une personne est prudente dans ses investissements, plus il lui sera conseillé d’investir dans des revenus fixes, comme des certificats de placement garantis (CPG) ou des obligations. À l’inverse, les planificateurs financiers conseilleront des actions ou des placements plus instables, mais qui peuvent aussi rapporter davantage.

Les critères d’analyse d’un profil d’investisseur ne sont pas universels et diffèrent d’une institution financière à l’autre. Quelqu’un qui est étiqueté comme « prudent » à la Banque Nationale ne le sera pas nécessairement selon les critères de la Banque Laurentienne, par exemple.

Les clients ne doivent pas se fier au nom [d’un profil] : ils doivent se fier à ce qu’il y a derrière.

Guylaine Dufresne, directrice principale pour l’investissement et la planification financière à la Banque Laurentienne

Garder le cap

Se fier à son profil permet d'éviter de se faire guider par la panique lorsque les marchés financiers sont volatils. Souvent, des investisseurs prendront peur et retireront leurs actifs sous la pression, une stratégie qui n'est pas efficace, estime la planificatrice financière.

C’est un petit peu comme descendre du train parce qu’il ne va pas vite et essayer ensuite de rembarquer quand il prend de la vitesse

Guylaine Dufresne, directrice principale pour l’investissement et la planification financière à la Banque Laurentienne

Dresser son profil d’investisseur le plus fidèlement possible et suivre ce plan permettent d’éviter de se faire prendre par ce piège, explique-t-elle.

« Il y a beaucoup d’émotions. Quand c’est notre argent, on y tient! C’est pour ça que notre profil est important : si on l’a mal évalué, c’est là qu’on fait des choses que l’on ne devrait pas faire et qu’on est perdant. »

Finances personnelles

Société