•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qualité et accessibilité des soins de santé à risque en Ontario

Une patiente se repose à l'hôpital.
Les dépenses en santé augmentent plus rapidement que le financement de la province, malgré l’ajout de fonds additionnels dit le Bureau de la responsabilité financière. Photo: iStock

Le Bureau de la responsabilité financière (BRF) conclu dans son dernier rapport que « à moins de trouver des gains d'efficience considérable, l'Ontario risque de devoir augmenter le financement pour éviter que la qualité et l’accessibilité des soins de santé se détériorent dans les prochaines années ».

Un texte de Claudine Brûlé

Le directeur du bureau, David Wake, explique que les 6,9 G$ additionnels échelonnés sur trois ans pour le secteur de la santé annoncés dans le budget de 2017 ne suffiront pas pour compenser l’augmentation prévue des dépenses.

Les deux hommes assis derrière une table en conférence de presse dans le studio des médias de l'assemblée législative ontarienne.Le directeur par intérim du Bureau de la responsabilité financière David Wake avec Jeffrey Novak, qui a travaillé à la rédaction du rapport sur les dépenses en santé. Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Il ne croit donc pas que ces investissements permettront, comme le dit le gouvernement dans son budget de 2017, « de réduire les temps d’attente, d’accroître l’accès aux soins et d’améliorer l’expérience des patients ».

Le nouvel argent, qui signifie une hausse des budget de 3,7 % par année en moyenne, ne sera pas suffisant pour seulement répondre à la hausse des dépenses prévue de 4,3 % annuellement, en raison du vieillissement et de la croissance de la population et de l’inflation entre autres.

Comme l’explique le tableau ci-dessous, le Bureau de la responsabilité financière explique que la majorité de l’argent neuf annoncé en 2017 servira à alléger la pression sur les programmes existant, puis à financer le nouveau régime d’assurance-médicaments pour les enfants et les jeunes adultes.

tableau Répartition des 6,9 G$ additonels alloués au secteur de la santé dans le budget ontarien de 2017. Photo : Analyse du BRF des données du MSSLD et du SCT.

Le BRF a également examiné les données sur le temps d’attente à l’urgence.

Les patients attendent plus longtemps depuis 2015, alors qu’on avait remarqué des améliorations dans les années précédentes : « des indicateurs récents suggèrent que les hôpitaux s’engorgent. »

Il est difficile de déterminer à quel point la province peut continuer de compter sur des mesures temporaires (comme les restrictions salariales) pour contenir la croissance des dépenses en santé en deçà de celle des principaux inducteurs de coûts.

Bureau de la responsabilité financière

Par voie de communiqué, la ministre de la Santé Helena Jaczek reconnaît que son gouvernement a du travail à faire.

C’est pourquoi nous faisons le choix délibéré d’avoir un déficit, pour investir davantage dans le système de santé — les hôpitaux, la santé mentale, les soins de longue durée — partout dans la province.

Helena Jaczek. ministre de la Santé de l’Ontario

Voici en chiffres, les dépenses en santé en Ontario (en milliard de dollars) :

  • Le budget atteignait 57,9 G$ pour 2017-2018
  • 42 % du budget provincial est alloué à la santé
  • Le programme d’Assurance-santé (incluant les salaires des médecins) atteint 34,8 G$
  • 20,5 G$ sont réservés aux hôpitaux
  • De 2005 à 2011, les dépenses en santé augmentaient en moyenne de 5,9 % par année.
  • De 2011 à 2015, les hausses annuelles étaient plutôt de 2,4 %.

Source : rapport du BRF

Hôpitaux

Santé