•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau veut rassurer les travailleurs de la Saskatchewan

Les explications de Raluca Tomulescu

Le premier ministre Justin Trudeau était de passage à Regina mercredi à l'occasion de sa tournée pancanadienne des usines d'acier.

Il a commencé sa journée avec un arrêt à Sault-Sainte-Marie, en Ontario. En après-midi, accompagné du ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, le premier ministre s'est rendu à l'hôtel de ville de Regina pour y rencontrer le maire, Michael Fougere.

Les deux hommes discutent autour d'une table. Le premier ministre Justin Trudeau rencontre le maire de Regina. Photo : CBC / Olivia Stefanovich

Justin Trudeau s'est ensuite rendu à l'usine Evraz, une entreprise qui emploie 900 personnes, pour y voir les installations et rencontrer des travailleurs.

Le premier ministre leur a déclaré que l'usine Evraz était non seulement importante pour le bien-être de l'économie saskatchewanaise, mais également pour celle du pays.

Il a également affirmé que les États-Unis se nuiront à eux-mêmes s'ils décident d'imposer des droits de douane aux importations canadiennes d'acier et d'aluminium, puisque le Canada contribue de façon importante à l'économie américaine.

En cherchant un moyen de s’extirper de l'étau américain, Justin Trudeau dit regarder d’autres options de partenariats à l'étranger.

On est prisonnier du marché américain pour l'instant et pouvoir exporter en Asie, ça va être dans notre intérêt.

Le premier ministre Justin Trudeau

Le premier ministre affirme que le développement de nouveaux marchés pour les produits pétroliers peut-être bénéfique pour la Saskatchewan et le Canada.

Des tuyaux d'acier à l'intérieur de l'usine Evraz à Regina. Le Canada exporte 85 % de son aluminium et de son acier aux États-Unis. Photo : CBC / Olivia Stefanovich

Le président Donald Trump a récemment annoncé que le Canada et le Mexique seraient exemptés des droits de 25 % qu'il veut imposer sur l'acier et de 10 % sur l'aluminium, mais il a laissé entendre que cette exemption n'était que temporaire.

Justin Trudeau avait précédemment visité des usines de Saguenay, au Québec, et de Hamilton, en Ontario. Il avait alors déclaré que l'argument de la sécurité nationale invoquée par la Maison-Blanche pour envisager des tarifs douaniers sur les importations canadiennes d'aluminium et d'acier ne tenait pas la route.

Il a dit avoir plusieurs mesures à sa disposition, dont des tarifs, pour éviter que les producteurs d'acier à prix modique utilisent le Canada par des moyens détournés pour transporter le métal aux États-Unis.

Selon le premier ministre, ce n'est pas nouveau qu'il y ait des surplus d'acier dans le marché mondial et avec les tarifs américains en place, certains pays pourraient vouloir passer par le Canada pour transporter l'acier aux États-Unis.

Le Canada demeurera à l'affût et travaillera avec ses partenaires de l'industrie et des États-Unis pour s'assurer que cela n'arrivera pas, a affirmé M. Trudeau.

Avec les informations de La Presse canadienne

Saskatchewan

Politique fédérale