•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 30 ans, Jacques Parizeau devenait chef du Parti québécois

    Jacques Parizeau, entouré de militants péquistes, célébrant avec une coupe de champagne à la main et une cigarette dans l'autre.
    Jacques Parizeau célébrant son élection à la tête du PQ, le 19 mars 1988 Photo: Radio-Canada

    « Monsieur » revient! Le 19 mars 1988, Jacques Parizeau, qui a été ministre des Finances du gouvernement Lévesque, est élu à l'unanimité chef du Parti québécois (PQ). La formation indépendantiste est dorénavant entre les mains d'un souverainiste pur et dur. Mais, comme le confirment nos archives, cette situation ne fait pas que des heureux chez les péquistes.

    L’élection de Jacques Parizeau comme chef du PQ renforce la fissure idéologique qui affaiblit le parti à quelques mois d’un scrutin général au Québec. À ce moment, Jacques Parizeau termine une traversée du désert qui dure depuis plus de trois ans.

    Le 22 novembre 1984, le correspondant parlementaire à Québec Claude Desbiens rapporte au Téléjournal une crise au Parti Québécois. Jacques Parizeau a démissionné du gouvernement Lévesque en claquant la porte. Quatre autres collègues l’ont imité.

    Une divergence fondamentale avec le premier ministre québécois explique son départ fracassant. Le démissionnaire refuse d’appuyer la position du « beau risque » adoptée par René Lévesque quelques semaines auparavant. Le père fondateur du PQ consent à accorder une dernière chance au fédéralisme canadien. Il tend même la main au nouveau premier ministre, Brian Mulroney. C’est inacceptable pour un souverainiste pur et dur comme Jacques Parizeau.

    Jacques Parizeau rompt alors une association vieille de quinze années avec le chef péquiste. Cette collaboration avait commencé dès 1969 par l’annonce, en conférence de presse, de l’adhésion de Jacques Parizeau au PQ. C’est ce que nous montre cet extrait de l’émission Format 60 du 19 septembre 1969. C’est une belle prise pour René Lévesque, Jacques Parizeau étant l'un des principaux architectes économiques de l’État québécois.

    À la fin de 1987, Pierre-Marc Johnson, successeur de René Lévesque à la tête du PQ, démissionne. Quelques anciens ministres du gouvernement Lévesque évaluent alors leurs chances de devenir le troisième chef du Parti Québécois. Au Téléjournal du 17 mars, le journaliste Gilles Morin explique que ces derniers réalisent rapidement que c’est peine perdue. Deux jours plus tard, les militants péquistes couronnent Jacques Parizeau.

    Cap vers la souveraineté!

    Dans ce reportage tiré du Téléjournal du 19 mars 1988, le journaliste Gilles Morin souligne que le discours d’intronisation du nouveau chef du PQ ne laisse aucune ambiguïté. Finies les discussions pour renouveler le fédéralisme. La seule idée fondamentale de la formation politique redevient l’indépendance du Québec. Le PQ abandonne la stratégie du « beau risque » de René Lévesque. Cette décision signifie la rupture avec plusieurs militants péquistes.

    Nous nous opposons donc à la souveraineté envieuse de monsieur Parizeau, la souveraineté sereine.

    Isabelle Courville, ex-présidente Jeunes du PQ

    Plusieurs péquistes modérés quittent alors la formation politique. On assiste à de multiples démissions au bureau national, à la permanence du parti, dans les associations de comté, comme dans les associations jeunesse.

    À cette désaffection s’ajoute le problème de recrutement de nouveaux membres. Par ailleurs, les caisses du parti ne se remplissent qu'à grand-peine. Le PQ ne parvient à récolter que la moitié de son objectif de financement de 1 million et demi de dollars.

    Aux élections provinciales du 25 septembre 1989, ces difficultés contribuent à la défaite du Parti Québécois. La formation politique de Jacques Parizeau augmente à peine sa part des suffrages exprimés. Le PQ ne remporte que 29 des 125 sièges de l’Assemblée nationale.

    « Monsieur » devra attendre encore 6 ans avant de pouvoir demander aux Québécois si le cap de l’indépendance est celui qu’ils veulent atteindre.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Politique