•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une image d’un calendrier de l’Université de Saint-Boniface crée des remous

La page de mars du calendrier de 2018 de l'Université de Saint-Boniface. Il y a une photo de cinq jeunes déguisés en autochtones, accompagnés d'un prêtre en habits.
La page du calendrier avec la photo des étudiants déguisés en membres de Premières Nations Photo: David Alper

Une photographie de 1938 montrant des étudiants déguisés en Autochtones pour une pièce de théâtre illustre le mois de mars du calendrier 2018 de l'Université de Saint-Boniface (USB) à Winnipeg. Sa publication cause des remous dans la communauté.

Un texte de Gavin Boutroy

« J'ai été choqué de voir cette image », déplore un professeur en travail social de l'USB, David Alper.

« C’est sûr que ça correspond à une réalité de l’époque, dit-il, mais c’est une image qui fait beaucoup penser à des stéréotypes, des pratiques vraiment empreintes de toute sorte de préjugés. »

Il a montré cette page du calendrier à la représentante des Métis qui siège au conseil d’administration de la Société de la francophonie manitobaine, la travailleuse sociale Sophie Moquin.

« On est beaucoup plus sensibilisé à la colonisation, à notre histoire avec les peuples autochtones aujourd’hui. Alors, à voir une telle photo, je questionne un petit peu l’intention derrière. Est-ce que c’est quelque chose que l’on veut célébrer aujourd’hui en 2018 », demande-t-elle.

Dans la photographie, les étudiants déguisés en Autochtones pour la pièce de théâtre L’Âme huronne sont accompagnés du père Martial Caron. La coordinatrice des communications de l’USB, Dominique Philibert, explique que l’USB a sélectionné un sujet par mois. Par la suite, des photos d’archive ont été sélectionnées pour accompagner chaque sujet.

« En faisant ce travail de recherche dans nos archives, on a trouvé une photo de Martial Caron entouré d’une troupe de théâtre. C’est ça qu’on voulait illustrer dans le cadre de ce calendrier-là qui commémore, qui fait le survol de 200 ans. Alors, la photo est celle qui est présente pour le mois de mars 2018 », a indiqué Mme Philibert.

Elle ajoute que l’USB n’a pas eu de discussion pour déterminer si cette utilisation de la photo était appropriée ou non.

Pour David Alper, cette image perpétue des stéréotypes et elle aurait dû être accompagnée d'une mise en contexte.

On a perdu une belle occasion de faire un travail pédagogique intéressant, de dire : "Regardez ce qu’on a fait dans le passé, les rapports qu’on promouvait, le genre de préjugés qu’on entretenait, la moquerie envers les Autochtones, l’appropriation culturelle."

David Alper, professeur en travail social à l’USB

Pour sa part, le professeur d'études autochtones à l'Université du Manitoba, Nigaan Sinclair, rappelle qu’à l’époque la Loi sur les Indiens interdisait la pratique de cérémonies des Premières Nations, notamment le port d’habits à des fins de cérémonies. D’où l’ironie de voir des étudiants les porter alors qu'ils ne sont pas Autochtones, ajoute-t-il.

En 2018, l'Université de Saint-Boniface célèbre 200 ans d'éducation en français au Manitoba.

Correctif

Une version précédente de ce texte indiquait que l'Université de Saint-Boniface célèbre 200 ans de présence de l'Église catholique dans l'Ouest canadien; ce bicentenaire est plutôt célébré par l'Archidiocèse de Saint-Boniface.

Manitoba

Autochtones