•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services d’ambulance sont en crise au Nouveau-Brunswick, selon l'opposition

Une ambulance, en hiver, est arrêtée près d'une voiture rouge.

Les services d'ambulances sont loin de répondre aux besoins, selon l'opposition officielle à Fredericton.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Radio-Canada

Les progressistes-conservateurs estiment que les services d'Ambulance Nouveau-Brunswick sont loin de répondre aux besoins des citoyens. Le député de Fredericton-Ouest-Hanwell a sévèrement critiqué le gouvernement, mardi, sur cette question.

Brian MacDonald sonne l'alarme. Selon lui, le niveau de service d’ambulance actuel est inacceptable. Il demande au premier ministre Brian Gallant d’intervenir pour redresser la barre.

La situation est préoccupante, selon lui, non seulement dans la région de Saint-Quentin et Kedgwick, mais aussi ailleurs dans la province.

Le député MacDonald s'adresse aux journalistes dans le hall de l'Assemblée législative.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député progressiste-conservateur Brian MacDonald parle de crise dans le système d'ambulances au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

L’an dernier, il y avait plus de 30 000 heures où les ambulances ne fonctionnaient pas. Ce n'est pas acceptable.

Brian MacDonald, député progressiste-conservateur de Fredericton-Ouest-Hanwell

Selon le chef du Parti vert, David Coon, il faudrait simplement revoir le contrat avec Ambulance NB.

Il est très important pour le gouvernement d'établir une nouvelle entente avec Médavie.

David Coon, chef du Parti Vert et député de Fredericton-Sud
David Coon répond aux questions des journalistes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député du Parti Vert, David Coon, estime qu'il faut conclure une nouvelle entente avec Médavie en ce qui concerne les ambulances.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Mais le ministre de la Santé, Benoît Bourque, assure que la situation est loin d'être aussi sombre que la décrivent les partis d’opposition. Selon lui, Ambulance NB respecte tout à fait ses obligations contractuelles.

Ambulance NB doit atteindre un niveau d'efficacité de 95 %. Le ministre Bourque dit que cette exigence est dépassée.

Le ministre Bourque répond aux questions des journalistes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Benoît Bourque, dit qu'Ambulance NB respecte les exigences de son contrat avec la province.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Benoît Bourque assure qu’il sympathise avec les familles qui n’ont pas obtenu des services adéquats, mais ces histoires, souligne-t-il, ne constituent que de 3 % à 5 % de tous les cas.

Pour ce qui est de négocier un nouveau contrat avec Ambulance NB afin d’accroître les services, cela ne figure pas dans les plans actuels du gouvernement.

Il faut toujours trouver ce délicat équilibre entre un service qui répond à l'ensemble de la population et les moyens que l'on a comme gouvernement.

Benoît Bourque, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick.

Pour ce qui est des services dans la région de Saint-Quentin et de Kedgwick, le ministre Bourque explique que les discussions se poursuivent. Il n’a toutefois pas fourni de détail sur la progression de ces discussions.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale