•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bande cyclable sur la 3e Avenue : des voix s'élèvent pour le projet

Une cycliste sur la 3e Avenue dans le quartier Limoilou.
Une cycliste sur la 3e Avenue dans le quartier Limoilou. Photo: Radio-Canada

La mobilisation s'organise dans le quartier Limoilou en appui au prolongement de la bande cyclable sur la 3e Avenue. Au lendemain de la sortie de plusieurs commerçants qui dénoncent la perte d'espaces de stationnement, des citoyens estiment qu'une meilleure cohabitation entre cyclistes et automobilistes est nécessaire.

Plusieurs cyclistes rencontrés sur la 3e Avenue mardi voient d'un bon oeil l'aménagement d'une bande cyclable jusqu'à la 24e rue.

C'est le cas de Julie Gouin une résidente du quartier Lairet qui utilise régulièrement son vélo pour faire des courses. Selon elle, le prolongement de la piste répond à un besoin.

« La bande cyclable c'est plutôt dans un but utilitaire, d'être là où les cyclistes se déplacent pour faire leurs courses et se rendre au travail. Ça n'a pas la même utilité qu'une piste cyclable récréative comme celle de la 8e Avenue », illustre-t-elle.

Elle ajoute que les cyclistes se sentiront plus en sécurité et fait valoir qu'il y a beaucoup de stationnements dans les rues transversales.

« Créer un aménagement ça incite plus de personnes à prendre leurs vélos plus souvent », croit-elle.

La cycliste Julie Gouin est favorable au projet de plongement d'une bande cyclable sur la 3e Avenue. La cycliste Julie Gouin est favorable au projet de plongement d'une bande cyclable sur la 3e Avenue. Photo : Radio-Canada

L'organisme Accès transports viables espère de son côté que la Ville de Québec ne reculera pas dans son projet de prolongement.

Le directeur général, Étienne Grandmont, rappelle que l'artère représente le chemin le plus rapide pour accéder au quartier Saint-Roch.

Selon lui, la perte de certaines cases de stationnement au profit du prolongement du corridor cyclable est justifiée.

« C'est un axe utilitaire très pratique pour les cyclistes, c'est un lien direct nord-sud entre deux quartiers où il y a beaucoup de cyclistes, beaucoup de lieux de destination ».

La Ville tente de calmer le jeu

Le conseiller en planification des transports à la Ville de Québec, Jean-François Martel Castonguay, explique que 24 « relevés de stationnement » ont été effectués sur la 3e Avenue, autant l'été que l'automne.

Selon lui, le retrait des espaces de stationnement sur le côté ouest de l'artère entre la 12e et la 19e rue ne pénalisera pas les commerces du secteur.

« Sur les rues perpendiculaires, il y a du jeu, plaide-t-il. Il y a possibilité de modifier la réglementation du stationnement pour accommoder ces commerçants-là. »

Jean-François Martel Castonguay ajoute que l'augmentation de la circulation cycliste viendra bonifier l'achalandage des commerces. Déjà depuis deux ans, leur nombre a bondit.

« On est passé de 300 ou 500 cyclistes par jour à des journées à plus de 1000 », dit-il.

La conseillère municipale Suzanne Verreault rappelle que les citoyens auront l'occasion de s'exprimer lors d'une soirée d'information jeudi prochain, au Centre communautaire Jean-Guy Drolet.

« J'espère que les gens vont se présenter dans un bon état d'esprit jeudi pour écouter. Nous c'est sûr que nous serons très ouverts. »

Québec

Cyclisme