•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford veut sortir l’Ontario du marché du carbone avec le Québec

Photo de Doug Ford portant un complet gris et une cravate rouge devant un micro.

Le chef conservateur ontarien, Doug Ford, au micro de CBC mardi matin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Finie, la participation de l'Ontario à une bourse du carbone avec le Québec et la Californie si les conservateurs sont élus le 7 juin, promet formellement leur nouveau chef Doug Ford.

Ce dernier assure qu’il ne « nie pas » l’existence des changements climatiques.

Mais selon lui, le marché du carbone auquel s’est joint l’Ontario sous la gouverne des libéraux de Kathleen Wynne est comme un boulet au pied des entreprises ontariennes.

Par ailleurs, M. Ford affirme que cette bourse contribue davantage à la réduction des gaz à effet de serre (GES) au Québec et en Californie qu’en Ontario.

Je ne vais pas donner 469 millions de dollars à la Californie et au Québec.

Doug Ford, nouveau chef conservateur

M. Ford fait référence à l’affirmation de la vérificatrice provinciale, selon qui, dans le cadre du marché du carbone, l’Ontario n’atteindra ses objectifs en matière de réduction des GES que grâce à l’achat par des entreprises ontariennes de crédits de pollution de compagnies québécoises et californiennes.

Le coût estimé de ces crédits : plus de 460 millions de 2017 à 2020.

Pas de taxe carbone non plus

Doug Ford réitère également sa promesse faite durant à la course à la chefferie du PC de ne pas imposer une taxe carbone, sans dire ce qu’il ferait à la place.

Une taxe carbone faisait pourtant partie de la plateforme électorale des conservateurs et doit devenir une obligation fédérale d’ici septembre pour les provinces qui n'ont pas un autre système de réduction des GES.

M. Ford a rétorqué en entrevue à CBC, mardi matin, qu’il était chef des conservateurs depuis à peine 48 heures et qu’il devait d’abord prendre le temps de réfléchir à la question.

Mais il a assuré qu’il n’y aurait pas de nouvelle taxe s’il est élu. « Les Canadiens sont déjà taxés à outrance », a-t-il dit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale